TOCOM lance le marché de l’or physique au Japon

TOCOM lance le marché de l’or physique au Japon

0

(…) Le Japon a annoncé la semaine dernière que sa bourse des matières premières TOCOM (la version japonaise moins corrompue que le CME) allait offrir la possibilité de trader de l’or physique, à l’instar de ce que propose la bourse  or de Shanghai (Shanghai Gold Exchange), à partir du 25 juillet. La bourse a également annoncé qu’elle allait proposer une option avec livraison au règlement pour ses contrats sur les marchés à terme du mois en cours. Autrement dit, cela signifie que les acheteurs de contrats à terme or auront désormais la possibilité de prendre livraison d’or physique via l’or papier du TOCOM.

On a très peu parlé de cette nouvelle dans les médias financiers occidentaux, et même sur les sites et blogs alternatifs, qui semblent être passés à côté du communiqué de presse. C’est pourtant un développement significatif car il signale un changement de cap subtil du Japon, d’un point de vue économique et monétaire, de l’Occident vers l’Orient. Cela créera également un réajustement à la hausse important des prix de l’or et de l’argent.

L’importance de la migration de TOCOM d’un système 100 % papier à la livraison d’or physique est renforcé par le fait que 2 jours avant cette annonce, on a appris que le groupe Tanaka Kikinzoku, le fabricant, raffineur et vendeur de métaux précieux le plus important du Japon, a fait l’acquisition de la société suisse Metalor Group, l’un des raffineurs et des fournisseurs de produits en métaux précieux les plus importants de la planète. De plus, en mars 2015, Asahi Holdings, collecteur et raffineur de métaux précieux, a finalisé l’acquisition des activités de raffinage d’or et d’argent de Johnson Matthey. JM est l’un des plus gros producteurs de produits raffinés en métaux précieux, notamment de lingots d’or de 400 onces acceptés par le LBMA.

Alors que l’Asie et la Russie ne financent plus les planches à billets du Trésor américain, la Fed sera forcée de doper la masse monétaire afin de permettre au gouvernement de se financer. Ce fait est corroboré par la présidente de la Fed de Cleveland, Loretta Mester, membre votante du comité de la Fed, via son commentaire récent en faveur des hélicoptères monétaires.

Tandis que les Japonais continuent de soutenir l’utilisation du yen par le gouvernement américain en tant que planche à billets effective qui permet à la Fed de manipuler les marchés actions américains et de financer les émissions sans restriction de dette par le Trésor, ils ne sont pas dupe quant au futur du système monétaire et financier occidental. Cela fait quelques années que le Japon pivote lentement mais sûrement vers la Chine économiquement parlant.

Cette transition abrupte vers les marchés des métaux précieux montre que le Japon souhaite intégrer ses marchés financiers et son économie  au système monétaire oriental en constitution, qui pourrait reposer sur l’or et éventuellement enterrer les États-Unis. »