Les ventes d’or explosent au Japon en raison des craintes engendrées par les Abenomics

0
2876
lingotins or pamp heraeus valcambi

Après la petite visite de courtoisie de Ben Bernanke au Japon, où il a rencontré des officiels du gouvernement ainsi que le gouverneur de la banque centrale, un nouveau plan de relance de 10 trillions de yen a été annoncé, incluant des travaux d’infrastructure (dans l’un des pays les plus modernes de la planète). Dans notre monde keynésien dans lequel lorsqu’un remède ne marche pas, on présume que c’est un problème de posologie trop timide, même les Japonais les plus conformistes commencent à avoir des doutes, comme le montre cet article de Bloomberg :

« Tetsushi Kudo, employés de bureau de 50 ans, a acheté ce mois une pièce d’or d’une once pour la première fois de sa vie. Alors que les marchés actions baissent et que son épargne n’offre aucun rendement, il affirme qu’il en achètera d’autres.

« Je veux acheter de l’or chaque année en guise de cadeau d’anniversaire pour ma fille, » a déclaré Kudo dans le quartier chic de Ginza, où il a effectué cet achat de 162.000 yen. « Lorsqu’elle sera grande, elle me remerciera pour ce cadeau car cet or aura de la valeur, où qu’elle aille. »

Les investisseurs particuliers comme Kudo sont derrière l’explosion des ventes de métaux précieux de 60 % enregistrée entre mai et juin chez Tanaka Holdings Co., le marchand de métaux précieux de détail le plus important du pays, alors que le rebond du yen face au dollar les ont rendus meilleur marché. Tandis que le parti au pouvoir du Premier Ministre Shinzo Abe a enregistré une victoire convaincante aux élections du 10 juillet de la chambre haute, la confiance en ses politiques économiques est en berne. Un sondage réalisé les 2 et 3 juillet par le quotidien Asahi a montré que 55 % des répondants souhaitent un changement de cap alors que 28 % désirent poursuivre dans la même voie.

Un yen plus fort

La hausse de 17 % du yen enregistré cette année est le reflet de la fuite des investisseurs japonais des marchés étrangers en raison du pessimisme à propos de la croissance mondiale plutôt que d’une confiance en leur économie domestique. Les ventes d’or ont plus que triplé dans les magasins Tanaka le 24 juin, lorsque la devise japonaise a bondi pour quasi atteindre son plus haut de 3 ans face au dollar suite au vote en faveur du Brexit. L’indice japonais Topix a connu sa plus grosse chute des 5 dernières années le lendemain du référendum tandis que les obligations japonaises à 10 ans se sont enfoncées en territoire toujours plus négatif.

« Pour les investisseurs, acheter de l’or correspond à une motion de défiance, » a déclaré Itsuo Toshima, conseiller en investissements et ancien manager régional du World Gold Council à Tokyo. « L’or est une monnaie qui ne peut être créée, contrairement au yen. L’appréciation de celui-ci, malgré l’adoption des taux négatifs, a engendré du scepticisme concernant les avantages d’une telle politique. Elle a également poussé les investisseurs à chercher à protéger leurs actifs en cas d’échec des Abenomics. »

L’absence de rendement de l’or n’est pas un handicap pour les investisseurs alors que 90 % du complexe obligataire japonais affichent des taux inférieurs à zéro, d’après Eiichiro Kato. L’obligation japonais à 10 ans, celle de référence, affichait mardi un taux de -0,265 %. (…)

Les achats records d’obligations par la BoJ pousse les taux à la baisse même si la dette nationale a gonflé jusqu’à environ 250 % de son PIB, d’après les projections du FMI. Le 1er juin, Abe a postposé pour la seconde fois une hausse de la TVA en raison de la faiblesse de la consommation.

« Nous ignorons qui endossera la responsabilité de réduire la dette japonaise, » a déclaré Akihiro Morishige, économiste senior du Mitsubishi Research Institute. « Si la confiance en les politiques fiscales japonaises diminue, les intérêts japonais à long terme pourraient grimper jusqu’à 5 % d’ici 2030. »

Les achats japonais d’or stocké en Suisse ont bondi de 62 % durant les 6 premiers mois de 2016. (…) »