Victor Sperandeo : je ne me fais pas de soucis pour l’or

Victor Sperandeo : je ne me fais pas de soucis pour l’or

Victor Sperandeo avait prédit sur KWN que la Fed ne laisserait pas les marchés baisser alors que des élections se profilaient le 4 novembre. Voici comment ce trader légendaire voit la suite des opérations :

« Qu’est-ce qui a porté à bout de bras l’économie américaine durant ces 6 dernières années ? La réponse est simple : la Fed. Sans la Fed, l’économie américaine serait dans une situation encore plus difficile. Aucune politique de l’Administration actuelle n’a permis de redresser l’économie américaine. Le programme politique du pays est de le plonger dans davantage de socialisme, donc pas d’améliorer la situation économique.

La Fed est un animal politique avec son propre agenda. Si les Républicains gagnent, je pense que la Fed permettra aux marchés de baisser de 25 %, comme je vous avais dit qu’elle ferait tout pour l’empêcher de baisser avant les élections. Je pense que désormais, la Fed va laisser les marchés baisser, mais sûrement pas de la même façon qu’en 2008.

On pourrait assister à une baisse étalée dans le temps. Cette fois, je ne pense pas que la Plunge Protection Team viendra la rescousse des marchés. Je pense que la Fed laissera faire afin que la faute retombe sur les Républicains. Il s’agit d’un plan afin de préparer une nouvelle victoire des Démocrates en 2016. Je vois ce que je vois et je dois appeler un chat un chat. En ce moment, les marchés sont montés au cric par la Fed, mais elle va les laisser baisser.

Eric King : Victor, nous somme dans un marché baissier vicieux depuis 3 ans en ce qui concerne l’or, similaire à la période que nous avons connue dans les années 70, mais il s’agit d’un épisode qui a lieu dans le cadre d’un long marché haussier. Qu’en pensez-vous ?

Victor Sperandeo : en ce qui concerne l’or, nous avons connu une hausse annuelle pendant 12 ans d’affilée. Je ne connais aucun marché dans l’histoire qui ait réussi un tel exploit. Depuis son record de septembre 2011, le métal jaune a reculé.

En 2013, le cours de l’or a baissé de 28 %. Et désormais, il est en baisse d’environ 2,7 % cette année. Disons que le métal a baissé d’environ 31 % durant les 2 dernières années, mais après 12 ans d’augmentation annuelle moyenne de 15 à 16 %. Ce fut une période incroyablement positive.

En tant que personne qui possède beaucoup d’or physique, en tant que convaincu des fondamentaux de l’or, je ne me fais aucun souci. J’investis dans l’or. C’est rare pour un trader, mais je le fais depuis bien longtemps. Je ne pense pas que le métal jaune va baisser plus, en raison des fondamentaux.

En ce moment, de nombreux producteurs font de la corde raide. Actuellement, les coûts de production sont plus élevés que le cours du métal. Même une société comme Goldcorp a enregistré récemment des pertes. Mais lorsque les sociétés minières commencent à perdre de l’argent, cela signifie que beaucoup vont arrêter la production, car toute livraison à un marché physique qui a de l’appétit entraîne des pertes financières. Certains continueront de produire, mais au ralenti, après avoir licencié du personnel. (…)

L’autre raison qui explique la faiblesse de l’or, c’est la vigueur récente du dollar. Mais je reste très optimiste pour l’or, je pense que le cours est très proche de son plus bas. Donc, pour répondre à votre question, oui, je pense que nous sommes toujours dans un marché haussier à long terme. Je ne vois pas l’or baisser à nouveau sur base annuelle, ainsi que les autres matières premières, surtout après ce que la banque du Japon vient de faire. Aucun pays dans l’histoire ne s’est jamais lancé dans ce genre de harakiri monétaire (note : dans le monde développé, sinon on pourrait évoquer le cas du Zimbabwe). Il s’agit d’un autre pilier qui vient renforcer les fondamentaux de l’or.

Eric King : et que pensez-vous de la baisse du pétrole ? À quoi faut-il s’attendre pour le marché du brut ?

Victor Sperandeo : le cours du pétrole est poussé à la baisse par les Saoudiens afin de punir Poutine d’avoir rattaché la Crimée. Il s’agit d’une sanction de l’Administration américaine contre la Russie. Le rouble a atteint un nouveau plus bas. En réaction, la Russie vient encore d’augmenter ses taux d’intérêt. Cela va faire mal à son économie. 75 $ le baril, on y sera avec certitude, on pourrait même peut-être descendre à 70 $. (…) »