Vidéo : La stratégie secrète de la Chine pour accumuler du métal

Vidéo : La stratégie secrète de la Chine pour accumuler du métal

0

Free slot casino wms

http://serieaddicts.com/wp-content/igrat-v-slots-vknigi/ Igrat v slots vknigi

http://carlosjuanbusquiel.com/wp-admin/casino-games-online-oceanography/ Casino games online oceanography

http://noir.com.vn/bowling/casino-mount-airy-lodge-pa/ Casino mount airy lodge pa

Alors qu’au début de cette année, l’euro était en chute libre, l’or s’est fortement apprécié et lorsque la BNS a décidé de dévaluer sa devise via les taux négatifs, l’or a explosé en franc.

Durant les 6 derniers mois, l’or au Brésil a augmenté pour atteindre quasi son record en devise locale.

Nous assistons à cette tendance dans quasi tous les pays, sauf aux États-Unis… enfin, pour le moment.

L’or est la seule véritable protection contre les banquiers centraux, la réponse contre la guerre des devises.

L’or a tendance à être la solution pour les habitants d’un pays qui ne sont pas rassurés par les actions de leur banque centrale.

Mais que se passe-t-il lorsque ladite banque centrale gère la monnaie de réserve mondiale ?

Que se passera-t-il lorsque le monde entier voudra échanger ses dollars contre du métal ?

En raison d’une politique décidée par la Fed parce que la dette américaine dépasse un plafond psychologique, disons 20 trillions de dollars.

Nous voyons déjà la Chine et la Russie accumuler de l’or. La demande chinoise a particulièrement explosé durant les 5 dernières années.

Cela dit en passant, la Chine est à la fois le plus gros producteur et importateur mondial d’or.

Non seulement ils accumulent du métal étranger en quantités industrielles mais aucune once de sa production locale ne quitte ses frontières.

La Chine est globalement en train de se préparer à un gros événement monétaire.

L’année dernière, la Chine s’est associée au Brésil, à la Russie et à l’Afrique du Sud pour former une banque concurrente à la Banque Mondiale, sous le contrôle de l’Occident.

Depuis 2008, des accords de swaps de devises entre 30 pays ont été conclus pour un total d’un demi-trillion de dollars.

Le monde se méfie du système reposant sur le dollar, Vladimir Poutine est allé jusqu’à dire que le monopole du dollar nuit à l’économie russe. Le président de la Chine, Hu, a déclaré l’année dernière que « le dollar est un produit du passé ».

Depuis 7000 ans, l’homme extrait de l’or, faisant de cette activité l’une des plus anciennes et des plus rentables de l’histoire.

Mais aussi l’une des plus sensées, car contrairement à la simple accumulation de métal, posséder une mine vous permet de produire de l’or en continu après l’investissement.

Si on fondait un énorme cube avec l’ensemble de l’or extrait tout au long de l’histoire, chaque côté de ce cube ne dépasserait pas les 21,4 m !

Pensez-y, durant toute l’histoire, l’or est tellement rare et précieux qu’en rassemblant tout l’or extrait par les Égyptiens, les Romains, etc… on ne pourrait remplir d’or que 3 piscines olympiques.

Les grands titres de ces dernières années se sont concentrés sur l’accumulation d’or physique de la Chine, de la Russie, et des autres banques centrales orientales.

Mais ce dont on parle moins, c’est de cette stratégie vieille de 7000 ans sur laquelle la Chine mise.

D’après les données compilées par Bloomberg en 2013 les achats d’actifs par les mines de Hong-Kong et de Chine ont augmenté pour atteindre le chiffre record de 2,2 milliards.

La Chine achète des mines d’or à un rythme record… Un fait qui est ignoré par les investisseurs particuliers et les analystes de l’or qui ont tendance à se focaliser sur l’or physique.

Les réserves d’or de la Chine n’ont plus été mises à jour depuis 2009 mais d’après les statistiques d’échanges d’or de Bloomberg, la Chine pourrait avoir triplé ses réserves depuis.

La Chine, qui achète agressivement de l’or, pourrait provoquer des remous si elle faisait la lumière sur l’état véritable de ses réserves.

Mais imaginez la vérité sur ses réserves d’or si on ajoute tout le potentiel de ses mines, pas seulement en Chine mais aussi à l’étranger.

En 2013, 2,2 milliards de dollars représentaient 46 tonnes d’or physique mais en les investissant dans des mines cela peut déboucher sur une production de 5000 tonnes, voire même de 10.000 tonnes et cela sur une simple année record d’investissements dans le secteur minier aurifère.

Il se peut que la Chine se prépare à dévoiler ses réserves d’or en octobre car ses dirigeants souhaitent l’ajout du yuan aux DTS, la devise du FMI composée d’un panier de monnaies.

Mais la Chine se contentera de dévoiler ses réserves en lingots, sans parler des mines qu’elle a acquises.

Cette stratégie chinoise d’exposition aux mines peut être imitée par les investisseurs individuels

en se focalisant sur des sociétés spécialisées dans l’or qui, au milieu d’un marché baissier des matières premières et d’une guerre globale des devises, sont en chasse d’actifs à la réputation établie. Avec des investisseurs stratégiques comme Rick Rule, Eric Sprott et Doug Casey.

Un investissement à faible risque, une croissance via des acquisitions qui ouvrent la voie à la production de millions d’onces d’or, achetées pour une bouchée de pain alors que souvent des millions de dollars ont été déjà dépensés en exploration.

Aujourd’hui, des vendeurs paniqués cherchent un acheteur, souvent à des prix cassés.

Les Chinois ont saisi cette opportunité et FutureMoneyTrends.com pense que lorsque la Chine révélera dans quelques mois l’état véritable ses réserves d’or, un nouveau marché haussier débutera.

Une hausse qui sera aussi spectaculaire que le marché baissier qui a fait fondre la valorisation des mines à des plus bas vieux de quelques décennies.