Vidéo : Le Texas veut aussi rapatrier son or stocké à New...

Vidéo : Le Texas veut aussi rapatrier son or stocké à New York

1

Dans ce reportage sur le rapatriement de l’or du Texas, Bloomberg parvient à parler pendant la moitié du temps d’antenne de Jade Helm pour ignorer le motif principal de la décision prise par le Texas : la crainte de ne jamais revoir son or alors que derrière chaque once, ce sont des dizaines de promesses papier qui existent.

Texte complet :

Le Texas veut récupérer son or stocké à New York. Le « Lone Star State » possède pour 650 millions de dollars de lingots d’or dans un coffre de Manhattan.

Mais maintenant, ils veulent le rapatrier au Texas. Notre reportrice locale Lauren Etter nous rejoint d’Austin pour nous en dire plus… Pouvez-vous nous dire ce qui se passe au juste, quel est le contexte ?

Heu… et bien… en fait… Le Texas possède pour 650 millions de dollars d’or. La société de l’université qui gère ses investissements a commencé ses achats de lingots il y a quelques années après la grande récession,

or qui fut stocké depuis à New York. Au Texas, il y a un grand intérêt pour le rapatrier désormais, principalement parce que l’État craint que…

Il y a une certaine fièvre qui règne en ce moment, les gens ici veulent être certains que le gouvernement fédéral n’ait pas la main sur ce qui leur appartient et cela vaut aussi pour l’or.

Lauren, j’ai entendu que les services de renseignements du Texas s’inquiètent des mouvements de troupes fédérales dans l’État et que le gouverneur avait mobilisé la milice locale en guise de précaution.

Mais qu’est-ce qu’il se passe là-bas ?

Eh bien, cela a un peu dégénéré suite à la propagation d’informations concernant des exercices militaires conduits à travers les États-Unis, l’opération Jade Helm.

Cela s’est passé il y a quelques mois, l’information s’est propagée et le Texas a surfé sur ce sentiment grandissant dans l’État que le gouvernement fédéral se prépare à venir les chercher.

Il (le gouverneur) a déclaré qu’il allait déployer les forces de l’État, ou au moins les mettre en état d’alerte, afin de garder un œil sur le gouvernement fédéral.

Il y a donc beaucoup de décisions politiciennes qui sont prises ici et l’or n’échappe pas à la règle.

Mais Greg Abbott – le gouvernement du Texas – est en fait en train de jouer un petit jeu de stratégie d’escalade avec le gouvernement fédéral, cela peut-il dégénérer ?

Eh bien, comme je l’ai dit je pense que cela a été un peu trop loin, le gouverneur a dit… l’État du Texas a été clair sur ce point, l’objectif n’est pas de s’attaquer aux Fédéraux.

Je pense qu’il s’agit plutôt d’envoyer un message : regardez nous les Texans, nous vous avons à l’œil, nous protégeons les intérêts de notre État.

Il n’y aura pas donc de déclaration de guerre entre le gouvernement fédéral et le Texas, bien que ce soit arrivé dans le passé.

Il s’agit donc principalement de démagogie qui montre une énorme méfiance envers le gouvernement fédéral.

Mais ce qui est intéressant ici est que cette question de l’or ne concerne pas directement le gouvernement vu qu’il appartient à l’université. Il s’agit en fait d’actifs sous gestion,

la University of Texas est seconde au classement des universités ayant les actifs sous gestions les plus importants d’après Bloomberg, qui s’élèvent à 25,9 milliards.

Quelle est la position de l’université sur ce dossier ?

Je pense qu’elle n’a pas vraiment été impliquée. Ils ont acheté l’or il y a quelques années pour leurs raisons d’investissement propres, ils avaient leurs motifs pour agir ainsi.

Le CEO de la société d’investissement m’a dit : si nous avons encore de l’or, s’il fait partie (le coffre) du système du COMEX, si cela aura vraiment lieu, si les frais de garde sont moindres qu’à New York, pourquoi ne pas le ramener à la maison.

Cela semble logique, pourquoi payer plus cher pour le garder en territoire Yankee quand vous pouvez simplement le garder chez vous dans le Fort Alamo. Mais que vont-ils en faire exactement lorsqu’ils le recevront ?

C’est une excellente question, il y a encore beaucoup de petits détails à régler. Bien sûr, le diable se cache dans les détails, le Comptroller doit encore définir le modus operandi

mais l’idée serait que ce coffre, cette facilité de dépôt, pourrait fonctionner comme une banque garantie par du métal via laquelle les simples citoyens, les autorités locales, les gouvernements, les écoles seraient en mesure de faire des transactions garanties par cet or.

Le mode de fonctionnement doit encore être déterminé mais il y a des idées qui ont été lancées.

Les Texans ont toujours des idées en cours de concrétisation, j’ai l’impression.

C’est vrai.