• Ce vendredi, les métaux précieux ont connu une journée négative. La baisse du 15 janvier les a propulsés à leurs niveaux d’ouverture du lundi, si bien qu’ils ont fait du surplace durant la semaine dernière. Aujourd’hui, ils sont en hausse au moment d’écrire ces lignes. L’argent a été particulièrement volatile durant la séance asiatique, allant jusqu’à bondir jusqu’à 26,5 $ (ouverture à moins de 24,4 $) pour ensuite reculer jusqu’à 25 $ au moment d’écrire ces lignes.
  • Les analystes attribuent cette faiblesse de l’or au regain de forme du dollar. La possibilité que Joe Biden ne soit pas en mesure de passer l’intégralité de son plan d’aide de 2 trillions est un autre motif susceptible d’expliquer les mouvements de prix de vendredi. Il y a aussi la crainte de voir les taux obligataires poursuivre leur hausse parmi les autres motifs probables.
  • En Chine, la reprise économique semble là. Ce qui est bon pour les achats d’or physique dans ce pays. Ces derniers jours, les consommateurs chinois doivent payer une prime supérieure sur le cours officiel. Ce qui indique que la demande reprend, notamment en raison des achats traditionnels qui précèdent le Nouvel An chinois.
  • L’or est pris entre de nombreux feux croisés, ce qui explique la volatilité. Dollar, taux, inflation, croissance économique, cours du pétrole… de lourdes incertitudes planent sur tous ces éléments clés, d’où la difficulté pour le marché de trouver une direction.
  • La dette publique italienne va atteindre un nouveau record depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette année, on estime qu’elle va atteindre 158,5 % du PIB. Rome devrait afficher un déficit de 8,8 %.