• Ce 20 janvier, jour d’investiture du président Biden, les métaux précieux ont connu une excellente journée. L’or s’est presque apprécié de 2 % pour clôturer à 1.869 $. L’argent métal a fait un peu mieux pour terminer la session à 25,82 $. Le début du mandat présidentiel démocrate va-t-il consacrer la nouvelle phase du marché haussier des métaux précieux. Peut-être, mais la prudence doit rester de mise. En ce jeudi matin, les métaux précieux sont plus ou moins à l’arrêt.
  • Selon Edward Moya, d’Oanda, la hausse d’hier fut curieuse. Aucune nouvelle particulière n’est tombée vu que nous n’avons eu que la confirmation de ce que nous savions déjà. Les métaux précieux auront besoin de décisions rapides concernant les stimulations américaines afin de poursuivre sur leur lancée, selon lui. Si les intentions de Biden se matérialisent pleinement, le dollar n’a aucune chance, selon lui. Ce qui serait un vent favorable pour l’or et l’argent. Selon lui, le prochain niveau de résistance de l’or est à 1.890-1.900 $. Le métal jaune pourrait s’y frotter d’ici demain.
  • Dans un article détaillé intitulé « La BCE a lancé en douce le contrôle de la courbe de taux… mais ne le qualifiez pas ainsi », ZeroHedge explique que la BCE a déjà mis en place le contrôle de la courbe des taux. Elle imite ainsi la Banque du Japon qui, depuis 2016, plafonne ses taux obligataires en achetant autant d’obligations que nécessaire pour atteindre ses objectifs. La BCE appelle cela le « contrôle des écarts de rendement ». Avec cette politique, elle pilote le spread entre les obligations des différents pays de la zone euro afin d’obtenir les écarts désirés. Contrairement à la Banque du Japon qui annonce les taux visés, la BCE ne rend pas cette information publique. Selon ZeroHedge, la FED pourrait introduire un mécanisme similaire si le bon du Trésor sur 10 ans devait dépasser les 1,5 %.
  • La dette américaine approche rapidement de la barre des 28 trillions de dollars alors que l’administration Biden se prépare à délier à nouveau les cordons de la bourse. Durant les 4 années de présidence de Donald Trump, la dette US s’est creusée de plus de 7 trillions. Joe Biden fera-t-il mieux ? Vu qu’il prend ses fonctions dans une Amérique en crise sur base d’un programme dépensier, c’est presque garanti. Reste à savoir à combien le trou va s’élever.
  • Le World Gold Council a relevé une embellie sur le marché de l’or indien en décembre. Les importations de ce mois furent les plus élevées de ces 19 derniers mois. La Banque centrale indienne a acheté 3,7 tonnes d’or en décembre 2020. Et lorsque les ventes de bijoux ont baissé vers la mi-décembre, la demande d’investissement a pris le relais.