• Vendredi dernier, l’or a quelque peu stoppé l’hémorragie. De 1.890 $ l’once lundi, le métal a glissé jusqu’à 1.863 $ jeudi pour clôturer le lendemain à 1.870 $ l’once. Ce lundi 23 novembre, ce redressement modeste se poursuit depuis l’ouverture des sessions asiatique et européenne. Le métal continue de défendre la zone des 1.850-1.875 dollars.

  • Cette hausse a peut-être été dictée par les déclarations récentes de Mnuchin, qui aurait demandé à la FED de ne pas prolonger certains programmes d’aides. Certains investisseurs craignent que Trump, pour se venger de sa défaite, pratique une politique de la terre brûlée durant les 2 derniers mois de sa présidence. Mais il s’agit peut-être d’une simple réaction à un dollar qui s’est quelque peu ramolli ce vendredi.

  • Selon Bank of America, la volatilité de l’or durant le dernier trimestre de l’année est à remettre sur les événements suivants : « Les incertitudes concernant les interactions entre les taux nominaux, le point mort d’inflation et les taux réels furent les raisons principales de la volatilité du métal jaune durant le T4 2020. La confiance ambiante de voir l’économie mondiale rouvrir en 2021 alors que les vaccins sont déployés signifie que les marchés financiers ont revu les valorisations pour intégrer une reprise cyclique. Cela se voit notamment dans la courbe des taux, et ses écarts plus marqués. » Pour que l’or reparte, il faut des annonces concernant de nouvelles stimulations (investissements dans les infrastructures et mesures de soutien l’économie pour combattre la pandémie). La FED aura également un rôle à jouer, en confirmant ses indications prospectives concernant le plafonnement des taux, selon BoA.

  • Certains analystes attendent avec impatience un plan de stimulation gouvernemental. Mais aussi contre-intuitif que cela puisse sembler, l’absence d’un tel plan pourrait être positive pour l’or. Selon Michael McCarthy, stratégiste en chef de CMC Markets, si le gouvernement n’agit pas, ce sera à la FED d’intervenir. Et comment le fera-t-elle ? En fournissant des liquidités, donc en faisant baisser les taux.