Chute de Bear Stearns : une opinion différente

0
848
lingots d'argent métal

Nul doute que le 10e anniversaire de la faillite de la grande banque d’investissement Bear Stearns, et sa reprise par JP Morgan, est une invitation à la réflexion. Bear Stearns était une société de Wall Street respectée, à l’histoire riche, si bien que sa chute fut un événement majeur.

Des articles rétrospectifs sont donc parus. La plupart d’entre eux proposent la perspective des grands acteurs qui furent impliqués et ce que la reprise par JP Morgan a signifié pour son nouvel acquéreur.

L’idée qui prévaut est que Bear Stearns a fait faillite en raison de crédits hypothécaires titrisés qui ont mal tourné. S’il JP Morgan avait anticipé les énormes frais de justice et amendes qu’elle allait devoir payer pour reprendre Bear Stearns, elle se serait abstenue. Comme la plupart des gens, je fus subjugué par les événements quotidiens qui ont débouché sur ce week-end fatidique de 2008, lorsque Bear fit faillite et que la banque fut acquise par JP Morgan. Mais les connexions de cet événement avec l’or et l’argent étaient les dernières choses que j’avais en tête à l’époque. Il m’a fallu des mois pour réaliser que la reprise de Bear Stearns par JP Morgan allait devenir le développement le plus important de l’histoire moderne de l’argent métal.

Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai lu aucun article de médias dominants mentionnant l’argent et l’or dans le contexte de la reprise de Bear Stearns, et je ne m’attends pas à voir de tels papiers dans les 10 années à venir. N’oubliez pas que la faillite de Bear Stearns a coïncidé au jour près avec le plus haut de l’or, à l’époque, à plus de 1000 $, et l’argent atteignant un plus haut de 30 ans à 21 $. Même s’il est facile de calculer que Bear a perdu plus de 2 milliards de dollars en shortant l’or et l’argent de la fin 2007 à la mi-mars 2008, ce fait n’est jamais rapporté par les médias dominants.

Mais après des événements personnels qui sont néanmoins supportés par des faits vérifiables, une situation toute différente s’est présentée à moi. En fait, toute une série d’événements qui ont suivi la reprise par JP Morgan en mars 2008 a montré clairement à quel point cet événement est important pour l’histoire de l’argent métal.

Le 14 mai 2008, à peine 2 mois après la reprise, la CFTC publiait une seconde lettre de 16 pages en 4 ans niant tout problème concernant la concentration des positions short sur l’argent métal au COMEX. Ces 2 lettres publiques étaient une réponse à de nombreuses plaintes de lecteurs de mes articles concernant mes accusations de manipulation du cours de l’argent. Ces lettres furent brandies comme étant la preuve irréfutable qu’il n’y avait pas de manipulation, principalement par ceux qui les niaient depuis le début. Bien entendu, je fus déçu et en désaccord avec les conclusions de l’agence. Pourtant, j’ignorais encore tout des connexions de Bear Stearns.

Mais tout a changé lorsque j’ai vérifié un rapport émis régulièrement par la CFTC, le rapport mensuel de la participation des banques d’août 2008. À l’époque, quasiment personne ne lisait ce rapport. Il faut dire que durant les années précédentes, ces rapports ne m’avaient jamais rien appris si ce n’est que les banques sont souvent short sur l’argent et l’or au COMEX. Lorsque j’ai entamé la lecture du rapport d’août 2008, je n’avais donc pas d’attente particulière. Il a pourtant complètement changé ma compréhension des marchés de l’or et de l’argent.

L’ayant lu en début de soirée, je n’ai pas réussi à trouver le sommeil tellement ce que j’ai découvert m’a estomaqué. Et l’incapacité de partager cette découverte ne fit qu’empirer la situation, vu l’heure tardive. J’ai découvert dans le rapport une augmentation incroyable des positions short de 2 banques sur les marchés à terme de l’or et de l’argent par rapport au mois précédent. Vu que je lançais de telles accusations depuis 20 ans, la CFTC allait désormais devoir fournir des explications satisfaisantes.

En raison de l’attention générée par mon article, la CFTC a annoncé l’ouverture d’une enquête en septembre 2008 malgré avoir conclu, via sa lettre publiée quelques mois plus tôt, qu’il n’y avait pas de manipulation. Cette nouvelle enquête aura duré 5 ans pour être conclue en 2013. Je n’ai jamais été contacté dans l’intervalle. (…) La CFTC a expliqué l’augmentation de la participation des banques par la fusion d’une banque d’investissement avec une banque commerciale. Bingo, il s’agissait d’une nouvelle révélation.

Vu que Bear Stearns était catégorisée à l’époque parmi les banques d’investissement et non les banques commerciales, ses positions massives short au COMEX n’étaient pas incluses dans le rapport de la participation des banques. J’ignorais totalement que Bear Stearns avait de telles positions. On savait qu’elles existaient, mais on ignorait qui en était l’initiateur. Mais lorsque JP Morgan a repris Bear Stearns, tout cela changé, même si cela a pris du temps. Cela confirmait que désormais, JP Morgan est le plus gros manipulateur du marché de l’argent métal.

Je pouvais désormais mettre un nom sur mes accusations, et cela sans subir les foudres judiciaires de JP Morgan. (…) »

Source : Article de Ted Butler, publié le 20 mars 2018 sur SilverSeek.com