Combien d’or disponible reste-t-il de par le monde ?

0
2700
or

En 2016, des archéologies travaillant sur un site en Bulgarie ont fait une petite découverte, pourtant significative : une perle d’or de 4 mm de diamètre venait d’être trouvée. Datée de 4600 ans avant J.-C., il s’agirait selon les scientifiques de l’objet en or transformé le plus ancien de l’histoire de l’humanité.

Cette découverte est significative pour la communauté scientifique, mais aussi pour les investisseurs. Simplement dit, cela signifie que les humains produisent et raffinent de l’or depuis plus de 6600 ans. Si cela est vrai, les partisans de l’or peuvent se demander combien il reste d’or à extraire dans la croûte terrestre après 7 millénaires d’exploitation.

Quelles quantités d’or ont été extraites jusqu’à aujourd’hui ?

Le World Gold Council estime que depuis la fabrication de cette perle d’or, l’humanité a extrait environ 190.000 tonnes d’or, ce qui correspond à environ 77 % des réserves mondiales exploitables. Vu que l’or est pratiquement indestructible, la majorité de cet or existe encore aujourd’hui sous la forme de bijoux, de pièces, de lingots ou encore de produits électroniques (l’or est utile en tant que conducteur en raison de sa durabilité).

Il est intéressant de noter que la majorité de ce métal a été extraite durant la seconde moitié du siècle dernier. Cet attrait de l’or pour son caractère précieux, sous la forme de bijoux et de pièces, est aussi vieux que la civilisation, dont les origines remontent à plus de 7000 ans.

Pourtant, durant les 6800 premières années de ce cycle (jusqu’en 1835), seulement 20.000 tonnes d’or ont été extraites. Il a fallu attendre la ruée vers l’or californienne entre 1848 et 1855 pour porter la production historique au-delà des 20 tonnes. Le siècle suivant, cependant, fut le témoin du triplement de la production jusqu’à 60 tonnes (au début des années 40). Nous avons ensuite enregistré une hausse de 50 % pour atteindre les 90.000 tonnes dans les 3 décennies suivantes.

Imaginez, environ 50 % de tout l’or extrait dans l’histoire de l’humanité a été produit à partir de 1967, et même 80 % depuis 1910.

Combien reste-t-il d’or à extraire ?

Le World Gold Council estime que les réserves d’or restante s’élèvent à 30 % de ce qui a déjà été extrait. Ce qui correspond à 54.000 tonnes de métal disponible dans des concentrations acceptables et à une profondeur atteignable, qui sont économiquement viables.

Au rythme de production annuelle de 3100 tonnes, cela signifie que ces réserves seront épuisées en moins de 20 ans (au cours actuel).

Quelles conséquences pour les sociétés minières ?

Alors que les réserves d’or s’épuisent et que les nouveaux filons sont plus difficiles à trouver, les coûts de production ont augmenté. Cela pourrait avoir des conséquences néfastes sur la rentabilité des sociétés du secteur. Par exemple, Barrick Gold rapportait un coût de production de 300 $ l’once d’or en 2004. En 2011, ce chiffre avait plus que doublé pour atteindre 630 $. La hausse s’est poursuivie, les coûts de production passant à 800 $ en 2014. Les choses se sont tassés depuis, Barrick rapportant des coûts de production de 780 $ l’année dernière, d’après les statistiques de S&P Global Market Intelligence (note : il ne s’agit probablement que des coûts opérationnels, qui ne prennent pas en compte d’autres dépenses telles que l’administration, etc.). (…)

La hausse des coûts de production, combinée avec l’épuisement des réserves d’or, suggère que dans les années à venir les coûts de production devraient poursuivre leur hausse alors que la pénurie d’or se fait ressentir.

Allons-nous atteindre le pic de l’or ?

La crainte qu’il ne reste plus beaucoup d’or à extraire dans les entrailles de la terre n’est pas sans rappeler les préoccupations similaires qui animaient les discussions sur le pétrole il y a une dizaine d’années. À l’époque, des analystes de Goldman Sachs avaient prédit en conséquence que le baril allait atteindre jusqu’à 200 $. On était censés atteindre bientôt le pic de production du pétrole. La demande effrénée de brut allait propulser les prix à des niveaux records.

Bien entendu, nous savons que rien de tout ceci ne s’est produit. Les prix du pétrole ont bondi, puis ils ont baissé pour se stabiliser autour des 100 $ pour ensuite plonger. Pourrait-il en être de même pour le métal jaune ? Tout dépend.

Pourquoi la quantité d’or exploitable est susceptible de fluctuer

La raison pour laquelle le pic du pétrole ne s’est pas produit durant la décennie précédente, ou pour laquelle les cours du pétrole se sont effondrés en 2014, est la suivante : la quantité de pétrole exploitable, ou d’or en l’occurrence, n’est pas un chiffre gravé dans le marbre. Il fluctue en fonction des évolutions technologiques, de l’inventivité humaine qui trouve de nouvelles façons d’exploiter les ressources dont elle a besoin, mais aussi en raison du prix. Plus il est élevé, plus les producteurs peuvent accepter des coûts de production élevés, ce qui augmente les réserves disponibles.
En ce qui concerne le pétrole, la technologie de la fracturation hydraulique, qui fut découverte dès les années 40, fut perfectionnée au XXIe siècle afin de rendre disponibles des réserves de pétrole inexploitables jusque-là. Les prix élevés du brut ont servi d’élément déclencheur aux efforts de commercialisation de la fracturation hydraulique, ainsi qu’à des techniques telles que le forage horizontal. Lorsqu’elles sont devenues économiquement viables, elles ont permis à des milliards de barils de pétrole de devenir exploitables. Ce qui a poussé les prix à la baisse. Cela pourrait-il se produire avec l’or ? Peut-être.

Quelle concentration d’or pour être rentable ?

L’or est précieux notamment parce qu’il est rare. Pour toute tonne de terre, on trouve en moyenne 0,0011 gramme d’or. Dans l’eau de mer, ce chiffre tombe à 0,00001 g. Pour que la production d’or soit économiquement viable aujourd’hui, les sociétés minières doivent trouver des filons disposant de densités bien plus élevées.

Par exemple, les réserves de Barrick Gold sont estimées à 1,5 g d’or par tonne. Chez Newmont, ce chiffre s’élève à 1,14 g. Trouver des sites qui offrent une telle densité n’est pas chose aisée.

De nouvelles façons de produire de l’or ?

Récupérer l’or fortement dilué

Les experts estiment qu’en prenant en compte l’or existant de façon ultra diluée, les 4 premiers kilomètres de la croûte terrestre pourraient contenir jusqu’à 122 milliards de tonnes d’or (sans prendre en compte les océans). Si des technologies avancées pouvaient être développées, on pourrait donc potentiellement mettre la main sur de grandes quantités d’or. Bien plus qu’aujourd’hui.

Récupérer l’or sur le fond des océans

Les sociétés minières pourraient choisir de se mettre à la plongée. La découverte récente de dépôts d’or le long des courants thermiques marins suggère que certaines zones pourraient bénéficier de concentrations allant jusqu’à 6 g d’or par tonne. C’est 4 fois plus que Barrick.

Les réserves d’or dans l’espace

Même si les réserves d’or terrestres devaient être épuisées, cela ne signifie pas pour autant que la planète ne pourra plus mettre de la main sur de l’or fraîchement produit. En regardant vers les cieux, l’astrophysicien Neil deGrasse Tyson a suggéré que certains corps composant la ceinture d’astéroïdes pourrait être littéralement chargés d’or, jusqu’à 1/2 tonne ou plus au cœur de l’astéroïde.

Traduction condensée de l’article de Rich Smith, publié le 12 mai 2018 sur The Motley Fool