Gundlach : l’or est l’actif à posséder en ce moment

0
3602
Or

L’or est bien parti pour enregistrer sa plus forte hausse hebdomadaire depuis 2016 alors que les investisseurs, inquiets, éprouvent toutes les peines du monde à évaluer l’impact de la crise sanitaire qui se développe en ce moment.

Depuis lundi, le métal jaune est en hausse de 5,4 % pour s’approcher de son plus haut de 7 ans alors que les investisseurs fuient le risque. L’effondrement épique des rendements obligataires alimente cette hausse, alors que les craintes concernant l’étendue de l’épidémie de coronavirus et l’efficacité des politiques monétaires augmentent.

Le métal précieux est l’un des grands gagnants de l’épidémie. Le groupe Goldman Sachs a écrit que la matière première « est immunisée contre le virus ». De son côté, le gestionnaire Jeffrey Gundlach a déclaré à CNBC que l’or est le meilleur actif à posséder en ce moment, et qu’il se dirige vers de nouveaux records. La hausse du métal s’est produite dans un contexte de chute des actions et de la baisse du taux directeur américain par la FED. Gundlach pense que le dollar va baisser, ce qui devrait profiter à l’or.

« L’or se prépare clairement à tester les 1 700 $, même si ce sera peut-être un objectif trop ambitieux pour cette semaine, à moins de chiffres catastrophiques concernant l’emploi », a déclaré Jeffrey Halley, analyste senior d’Oanda. Il fait référence aux chiffres de l’emploi qui devaient être publiés ce vendredi. « Les remous engendrés par le coronavirus vont probablement donner à l’or l’élan dont il a besoin la semaine prochaine. »

L’or a grimpé jusqu’à 1 681 $ l’once, pour ensuite reculer jusqu’à 1 670 $. S’il devait franchir les 1 689,31 dollars, le pic atteint le mois dernier, le métal jaune atteindrait un plus haut de 7 ans. Le taux sur les obligations US sur 10 ans a baissé ce vendredi jusqu’à 0,9 %, du jamais vu.

L’avancée mondiale du coronavirus a ébranlé la confiance des grandes économies. Cela a poussé les banquiers centraux à recourir à des mesures de stimulation, notamment de baisse des taux. En plus de la FED, le Canada et l’Australie ont également abaissé leur taux directeur.