Jusqu’à 1.975 $ l’once d’or et plus de 26 $ pour l’argent

0
1171
Perth Mint or

Jusqu’où vont aller l’or et l’argent avant de connaître une correction inéluctable ? C’est la question qui taraude les analystes et les amateurs. Les métaux précieux ne semblent en tout cas pas encore repus. Le cours spot de l’or a grimpé jusqu’à 1.975 $ et a dépassé les 2.000 $ sur les contrats à terme. De son côté, l’argent a même poussé au-delà des 26 $ pour ensuite chuter lourdement jusqu’à environ 24,5 $. Ce qui reste bien entendu très impressionnant.

Une correction aura lieu. Reste à savoir quelle sera son ampleur. Après tout, les facteurs qui ont provoqué cette poussée irrésistible des métaux précieux ne sont pas prêts de se dissiper. Que ce soit du côté des taux réels, de la pandémie de coronavirus, des tensions géopolitiques, des actions dont le prix semble être totalement déconnecté de la réalité économique… Seul le redressement du dollar actuellement malmené pourrait rendre cette correction significative. Mais pour nous, investisseur en euros, le choc sera amorti par les gains empochés sur le taux de change.

Beaucoup d’analystes sont optimistes, un mauvais signe ?

Aujourd’hui, la majorité des analystes sont fortement positifs en ce qui concerne l’or. C’en est presque inquiétant. Néanmoins, on ne peut pas considérer cela complètement bearish vu que, cette fois, la situation est vraiment différente.

Les analystes de Zaner Metals estiment que le marché de l’or « continue de faire l’objet d’une très large couverture médiatique positive. Cela devrait enhardir le camp des bulls. Mais aussi attirer une plus large cohorte de petits investisseurs qui découvrent les ETF métaux précieux ». (source)

En effet, on ne peut pas exclure de voir les utilisateurs de Robinhood et Cie se ruer sur les ETF or et argent et les actions minières comme ils l’ont fait sur Tesla et autres. Avec le risque de bulle qui s’ensuit…

Il est toujours difficile de faire des prédictions à court terme. C’est d’autant plus compliqué aujourd’hui vu que nous sommes dans une situation totalement inédite. Tout d’abord, le cours de l’or n’a jamais été aussi élevé. Nous manquons donc de repères du côté de l’analyse technique. Les fondamentaux sont également historiques. Un tel choc économique, c’est du jamais vu. Tout comme les niveaux d’endettement actuels, ou encore les taux d’intérêt. Aux États-Unis, nous avons un pays plus que jamais divisé qui va devoir choisir entre un candidat narcissique et un candidat qui n’a plus toute sa tête.

En 2019, Ray Dalio expliquait que selon lui, nous étions en train de changer de paradigme. Il conseillait de vendre ses actions et d’acheter de l’or. Les faits sont en train de lui donner raison. La crise du coronavirus n’a fait qu’accélérer les tendances géopolitiques et économiques en cours.

La demande d’or chinois a chuté durant le premier semestre

La performance de l’or est d’autant plus exceptionnelle que la demande du consommateur numéro 1 mondial, la Chine, a chuté durant le premier semestre 2020. C’est donc clairement le « fear trade » (achats dictés par la peur), pour emprunter l’expression de Stewart Thomson, qui a alimenté la hausse du métal. Comme l’explique cet article de whtc.com, la demande d’or s’est effondrée de 38 % durant les 6 premiers mois de l’année 2020. Le papier cite les chiffres fournis par la China Gold Association, qui annonce une demande de 323,29 tonnes durant le premier semestre 2020.

Cela dit, la baisse fut particulièrement marquée durant le premier trimestre (presque -50 %). Durant le second trimestre, on a assisté à un rebond de 17,5 %. Sur base annuelle, la baisse enregistrée au T2 est de 26,2 %.

Les joailliers chinois redoublent désormais d’efforts afin d’attirer la clientèle via des campagnes de marketing, ou encore en proposant des bijoux en or plus légers afin d’attirer les jeunes. Si la demande d’or fut « peu satisfaisante » selon l’Association, les ventes de pièces d’or et de lingots furent, quant à elles, « remarquables ». Elles n’ont quasiment pas reculé, selon elle.

En cas de normalisation, les Chinois ajouteront de la pression sur les prix de l’or via le « love trade » (achats par affinité pour le métal).

Production d’or plus ou moins rétablie

Durant le premier trimestre 2020, la production d’or chinoise a reculé de 7,3 % par rapport au même trimestre de l’année précédente. Les choses se sont néanmoins normalisées durant le second trimestre (+5,8 % par rapport au trimestre précédent).