La banque centrale d’Inde envisage d’augmenter ses réserves d’or

0
806
Harmandar Sahib Or Inde

N’est-ce pas ironique ? En Inde, le gouvernement dissuade depuis des années les achats d’or de sa population avec ses droits de douane prohibitifs. Le prix de l’or à un record historique en roupies indiennes, la banque centrale du pays envisage d’augmenter la quote-part du métal jaune de 6,5 à 10 % dans ses réserves. C’est l’information rapportée par Business Insider India dans cet article :

La chaîne télévisée indienne ET NOW affirme que d’après certaines sources, la banque centrale d’Inde envisage d’augmenter substantiellement ses réserves en or. D’après son rapport, elle souhaite que le poids de l’or dans ses réserves soit désormais de 10 %, au lieu des 6,5 % actuels.

Pourquoi la Reserve Bank of India (RBI) veut-elle acheter de l’or ?

Une banque centrale achète de l’or pour les mêmes raisons que les ménages. Il s’agit d’un investissement sûr. L’inflation ne fait pas baisser la valeur de l’or, ni les crises économiques. La RBI a récemment indiqué qu’elle anticipe une inflation très élevée dans les mois à venir, pour finalement ralentir à la fin de l’année fiscale, en mars prochain. La crise du coronavirus a également fortement entravé le potentiel de croissance en Inde.

Pourquoi l’or est-il un investissement sûr ?

Acheter de l’or constitue une bonne assurance contre une crise et/ou l’inflation. Cela fait 7 mois d’affilée que la Chine augmente ses réserves d’or. Lorsqu’elle craint une crise, la RBI achète soit de l’or, soit du dollar américain, les paris les plus sûrs de la planète. L’Inde possède déjà pour 538 milliards de dollars de réserves. Elle estime peut-être que son exposition au billet vert est suffisante. En cas de problème aux États-Unis (élections, guerres commerciales avec la Chine ou une véritable guerre), l’affaiblissement du dollar réduirait la valeur des réserves de l’Inde.

Cela signifie-t-il que la crise va empirer à coup sûr ?

Il s’agit peut-être d’une mesure de précaution, en cas d’empirement de la crise économique ou de l’inflation dans les mois à venir.