La dette municipale américaine, nouvel eldorado des investisseurs ?

0
784
dette municipale new york city

Jeffrey Burger, gestionnaires de Mellon Investments Corp, s’est envolé jusqu’à Zurich en septembre, dans un pays où les obligations affichent des rendements négatifs, afin de vendre ses fonds spécialisés dans la dette municipale américaine. Les investisseurs en quête de rendement sont désormais obligés de trouver de nouveaux terrains de chasse.

Pour les séduire, il a sorti de sa manche Roger Federer. Le joueur de tennis a réalisé de nombreux exploits sur le court Arthur Ashe de l’U.S. Open, un stade qui a été bâti grâce au type de dettes qui entre dans la composition des fonds de Monsieur Burger.

« Même s’il a récemment perdu, vous pouvez vous réjouir du fait qu’il a joué dans un stade financé par de la dette municipale américaine », a-t-il déclaré. Après Zurich, il s’est également rendu à Londres, Paris et Milan. « Et savez-vous ce qui se trouve à 4 km au nord ? L’aéroport LaGuardia, un autre exemple. »

Cette ère sans précédent de taux négatifs en Europe et en Asie fait des marchés financiers les plus domestiques des États-Unis des produits d’exportation précieux. Malgré des taux qui sont à leur plus bas de ces 50 dernières années, les rendements promis par le marché obligataire municipal américain de 3,8 trillions de dollars sont bons par rapport aux 13 trillions de dettes souveraines qui coûtent de l’argent aux investisseurs qui les possèdent.

Les investisseurs étrangers pèsent de plus en plus lourd sur le marché municipal américain. Il a doublé sur les 10 dernières années pour atteindre 102 milliards de dollars à la fin juin 2019, selon les statistiques de la FED. L’intérêt s’est néanmoins accru durant ces derniers mois en raison d’une vague de refinancement de la part des États et des villes. Elles émettent des obligations taxables, à rendement plus élevé, afin de remplacer les émissions non taxables. Les acheteurs étrangers privilégient les obligations taxables car ils ne sont pas concernés par la fiscalité américaine, mais profitent d’un rendement supérieur. Cette année, pour 48 milliards de telles obligations ont été émis, soit 119 % de plus qu’en 2018. Ces actifs offrent un rendement de 10,5 %, d’après le Bloomberg Barclays index. (…)

Les investisseurs internationaux achètent des obligations municipales soit directement, soit des fonds comme celui de Mellon. MFS Investment Management offre un fonds enregistré au Luxembourg aux investisseurs institutionnels d’Europe et d’Asie. Parmi ces actifs, on trouve de la dette émise par l’Illinois, la société des eaux de Denver et New York City.

Selon Lori Cohane, gestionnaire chez Crédit Suisse Asset Management, les grands noms connus ont surtout attiré les investisseurs étrangers.

« Si l’État du Texas émet des obligations municipales taxables, les investisseurs étrangers connaissent cette entité. Ou si l’université de Harvard émet de tels actifs, il y a également une certaine familiarité. »

L’aéroport international de Dallas Fort Worth a profité de cette tendance. Le plus gros aéroport du Texas a vendu pour 1,2 milliard d’obligations taxables en août. Elles ont été spécifiquement conçues pour cibler les acheteurs internationaux. Christopher Poinsatte, CFO de l’aéroport, a voyagé à Londres, Paris, Séoul, Hong Kong et Taipei 10 mois avant l’émission afin d’informer des investisseurs potentiels à propos de l’aéroport et des mécaniques de ce véhicule d’investissement américain.

Pour 465 millions de dollars de titres ont fait l’objet d’achats directs de la part d’investisseurs de Londres, de Norvège, de Tokyo et de Taipei. L’aéroport envisage de vendre pour 1 milliard de dollars d’obligations taxables supplémentaires l’été prochain. Poinsatte effectuera les mêmes voyages, tout en ajoutant de nouvelles villes italiennes et norvégiennes à son périple.

Source : Yahoo Finance