La distribution touchée directement par les derniers droits de douane de Trump

0
978
walmart

Il y a 2 semaines, Walmart a demandé à l’administration Trump de ne pas introduire les droits de douane envisagés sur les guirlandes électriques de Noël, le shampooing, la nourriture pour chiens, les bagages, les matelas, les sacs à main, les sacs à dos, les aspirateurs, les vélos, les barbecues électriques, les câbles et les climatiseurs.

Dans une lettre adressée au représentant du Commerce Robert Lighthizer, la société a déclaré que la levée de nouveaux droits de douane sur les importations chinoises allait faire du tort à ses clients, à ses fournisseurs et à l’économie américaine.

« L’impact immédiat sera une hausse des prix pour les consommateurs, une taxe sur les sociétés américaines et les fabricants, » a écrit Walmart.

Cela n’a pas échaudé l’administration américaine. Lundi, elle a mis ses menaces à exécution en levant 10 % de droits de douane sur les produits cités ci-dessus, ainsi que pour 200 milliards de dollars supplémentaires sur d’autres produits chinois. Ces droits, qui entrent en vigueur cette semaine, grimperont à 25 % à la fin de l’année.

La dernière volée de droits de douane a porté la guerre commerciale américaine contre la Chine sur le terrain de Walmart, le plus gros distributeur aux États-Unis, en touchant les produits de grande consommation qu’il vend.

Hausse des prix ou baisse des marges

D’autres grands distributeurs, comme Ace Hardware, Joann Fabric et d’autres magasins, on fait pression sur l’administration.

Target a déclaré que les droits de douane allaient faire du tort aux consommateurs américains, que les travailleurs allaient devoir payer davantage pour des fournitures scolaires essentielles telles que les cahiers, les calculatrices, les classeurs et les bureaux.

L’administration n’a néanmoins pas plié. Des droits de douane ont été levés sur ces biens, même si quelques produits ont été éliminés de la liste, comme les casques de vélo, les sièges enfants, etc. Les Apple Watch et Air Pods ont également été épargnés, au grand soulagement d’Apple.

Target et Walmart se retrouvent désormais devant un dilemme : soit absorber la hausse des prix en abaissant leurs marges, soit répercuter totalement ou partiellement la hausse des prix sur les clients.

« Soit les consommateurs paieront davantage, soit les fournisseurs seront moins payés, soit les marges seront plus basses. Les consommateurs pourraient également réduire leur consommation, ou la reporter, » a averti Walmart dans sa lettre.

La National Retail Federation estime que des droits de douane de 25 % sur les meubles coûteront aux Américains 4,5 milliards par an, tandis que des droits similaires sur des articles de voyage tel que les valises et les sacs coûteraient 1,2 milliard de dollars additionnels.

Les machines à laver sont un exemple de la façon dont les droits de douane affectent les consommateurs. Il y a quelques mois, l’administration Trump a introduit 20 % de droits de douane sur ces produits. Récemment, leur prix a grimpé de près de 20 %, d’après les statistiques officielles du BLS.

Il s’agit d’une question cruciale pour Walmart. Sur le chiffre d’affaires de 500 milliards de dollars qu’il a réalisé l’année dernière, 50 milliards concernent des importations ou des investissements dans des entreprises chinoises, selon un analyste de MoffettNathanson.

Augmenter les prix est un anathème pour Walmart, société qui contrôle 10 % de la distribution américaine et dont la clientèle est composée de ménages à bas et moyens revenus.

« Vu que Walmart est depuis des années une énorme source de produits bon marché pour les consommateurs à bas revenus, cela va vraiment faire du tort à ceux que Trump affirme vouloir aider, » a déclaré Sucharita Kodali, analyste du secteur de la distribution de la société de recherche Forrester. (…)

Des conséquences importantes sur la chaîne logistique

Les fournisseurs américains de Walmart dépendent souvent de la Chine pour la fabrication des pièces qui seront assemblées en produits finis aux États-Unis. Par exemple, les ventilateurs Lasko, assemblés aux États-Unis, utilisent des moteurs chinois.

Idem pour les vélos : tout vélo grand public est composé d’une quarantaine de pièces, qui sont toutes importées. (…) Même si Walmart a fait des efforts pour acheter davantage de vélos fabriqués aux États-Unis, la production est simplement insuffisante pour satisfaire la demande. Et même avec des droits de douane de 25 %, les vélos assemblés à partir de pièces chinoises resteront moins chers que des vélos dont les pièces seraient fabriquées aux États-Unis.

L’administration Trump utilise les droits de douane pour pousser le made in America. Mais la National Retail Federation pense que le raisonnement est erroné, notamment parce que la chaîne logistique, méticuleusement organisée, ne peut être réorganisée du jour au lendemain.

Les détaillants commandent leurs produits de 6 mois à un an à l’avance. Aujourd’hui, c’est le branle-bas de combat afin de trouver de nouvelles options pour 2019.

« L’administration continue de surestimer la capacité des sociétés américaines de se passer de la chaîne logistique chinoise, » a écrit la Fédération dans une lettre adressée à Lighthizer. « Les chaînes logistiques mondiales sont très complexes, cela prend des années pour trouver les bons partenaires, capables de respecter les critères définis et de produire dans les quantités et les prix voulus. »

Par exemple, les États-Unis ont importé pour 220 millions de dollars de laisses pour chien l’année dernière, dont 80 % provenaient de Chine. Pour 474 millions de dollars de guirlandes illuminées ont été importées l’année dernière, dont 85 % provenaient de Chine.

Vu que Walmart n’a pas d’alternative immédiate, les guirlandes de Noël vont probablement coûter plus cher cette année. »

Source : cnn.com