La FED réfléchit à un nouveau type de QE

0
642
Eccles Building de la Fed

Les responsables de la Federal Reserve planchent sur un nouveau programme qui permettrait aux banques d’échanger des bons du Trésor contre des réserves. Ce  dispositif a pour objectif de garantir la liquidité durant les périodes difficiles. Il permettrait également à la banque centrale de réduire la taille de son bilan pesant près de 4 trillions de dollars.

Cette « standing repo facility » n’est qu’au stade des discussions. Les économistes respectés de la FED de Saint-Louis David Andolfatto et Jane Ihrig ont écrit 2 papiers sur le sujet. Selon eux, elle permettrait d’alléger le fardeau prudentiel des banques qui se sentent obligées de détenir des actifs ultras sûrs.

Selon certains, cette idée est une extension naturelle des politiques actuelles de la FED. Pour d’autres, il s’agit d’un nouveau type d’assouplissement quantitatif. Donc une nouvelle forme de rafistolage des marchés financiers par la FED, pratique qui a démarré il y a une décennie.

L’idée a émergé alors que les décideurs de la FED souhaitent trouver le moyen de réduire la taille de leur bilan sans déstabiliser les marchés.

« Avec ce système en place, les banques devraient être à l’aise à l’idée de posséder des bons du Trésor au lieu de réserves afin de traverser les périodes de turbulences, ont écrit Andolfatto et Ihrig en mars. La demande pour les réserves déclinerait substantiellement en conséquence. »

Dans un second papier sur le sujet, les 2 auteurs ont indiqué que le premier avait « généré énormément de discussions auprès des experts du secteur. De nombreuses personnes ont montré beaucoup d’intérêt pour la proposition, tandis que d’autres ont affiché leur scepticisme. »

Une question d’équilibre

Déterminer quelle est la taille optimale de son portefeuille obligataire est un casse-tête permanent pour la FED.

Les commentaires de décembre du président de la FED Powell, qui affirmait que le programme de réduction de la taille de son bilan était en mode autopilote, avait contribué au krach des marchés qui s’est poursuivi durant tout le trimestre. (…) Depuis octobre 2017, la FED a réduit la taille de son bilan de presque 500 milliards de dollars.

La Banque centrale américaine a ensuite fait marche arrière, en affirmant qu’elle mettra un terme à la réduction de la taille de son bilan en septembre, ce qui a rassuré les marchés. Mais il reste à régler la question des obligations et des réserves.

Avec ce système de repo permanent, les banques seraient encouragées à détenir davantage de bons du Trésor et donc de réduire leurs réserves parquées à la FED. Celles-ci ont bondi suite à la crise financière, qui avait engendré d’énormes problèmes de liquidités à Wall Street.

Le Congrès avait répondu en exigeant que les banques détiennent davantage d’actifs sûrs. Si les bons du Trésor sont considérés comme tels, ils ne sont pas très liquides durant les périodes de tensions.

La FED voudrait voir le niveau des réserves baisser. Selon la FED de New York, le chiffre idéal se situerait autour des 784 milliards pour l’ensemble des banques. Le record fut atteint mi-2014 (2,8 trillions). Aujourd’hui, ces réserves atteignent 1,55 trillion de dollars, soit 1,41 trillion de trop. Les réserves et les obligations se trouvent au débit et au crédit du bilan, elles ont donc tendance à évoluer de concert.

(…)

L’ombre de la crise

Selon Beckworth, durant la prochaine récession ou les prochaines secousses, « il est quasi garanti que la FED recourra de nouveau au QE. On peut facilement imaginer la FED faire un QE4, QE5, etc. Je suis prêt à parier que la taille du bilan de la FED sera très importante durant la prochaine récession. Il s’agit vraiment d’une mauvaise gestion de la dette ».

Selon ses partisans, ce système permettrait de corriger certaines erreurs du passé, notamment en offrant des liquidités garanties, ce qui pourrait permettre d’éviter ce que nous avons connu en 2008.

« On dit souvent que la liquidité est toujours présente, sauf quand vous en avez le plus besoin. Si vous êtes banquier, vous craignez un remake de ce qui s’est passé au pire de la dernière crise financière », a déclaré Peter Ireland, professeur d’économie au Boston College et membre du Shadow Open Market Committee, qui surveille les politiques de la FED.

« L’avantage de ce système de repo permanent est qu’il permet à la FED d’offrir des liquidités garanties aux banques qui détiennent des bons du Trésor. Cela permettrait aux établissements financiers de réduire leur niveau de réserves, ce que la FED veut, et aux banques d’acheter les bons du Trésor, ce qu’elles veulent, tout en ayant accès à des liquidités en cas de besoin. »

Quand cette idée pourrait-elle entrer en vigueur ? On l’ignore. Selon Ireland, le système ne deviendra effectif qu’en cas de besoin. La FED ne souhaite pas agir avant, de peur de conséquences non désirées.

Une réunion de son Comité est bientôt prévue, le sujet pourrait être à l’ordre du jour. Le taux directeur devrait rester inchangé, en revanche les spécialistes se demandent ce qu’il va advenir du taux d’intérêts payés sur les réserves, qui s’élève à 4 points de base de moins que le taux des fonds fédéraux.

Article de CNBC, publié le 29 avril 2019