Certains particuliers qui ont investi dans l’or et l’argent sont uniquement positionnés sur les métaux précieux. Doivent-ils diversifier leur portefeuille ? Voici les conseils de Stewart Thomson en la matière. Dans son article du jour, il explique que ce n’est pas une mauvaise idée. Encore faut-il investir dans les différentes classes d’actifs à notre disposition au bon moment :

« Les investisseurs dans les métaux précieux doivent-ils investir dans des secteurs tels que les actions, les obligations et l’immobilier pour diversifier leur portefeuille ? Il n’y a pas de réponse toute faite à cette question. Mais en général, un investisseur patient qui agit lorsque l’or atteint les zones de support majeures aura tendance à aussi obtenir du succès avec les autres actifs. Par contre, les investisseurs dans les métaux précieux qui paniquent risquent de commettre les mêmes erreurs sur d’autres marchés.

Posséder un portefeuille d’actifs qui semblent non corrélés (ETF ou actions), notamment dans l’immobilier, l’énergie, les revenus fixes et les matières premières en général, peut être utile. Mais pour les débutants, il est conseillé d’y aller petit à petit.

La diversification n’est qu’un outil à la disposition des investisseurs. Il peut être utile, c’est vrai. J’aime les matières premières, le SPGM (ETF qui suit la performance des marchés mondiaux), le HOMZ (immobilier), TIP (bons du Trésor protégeant contre l’inflation), le GDX (actions minières), les métaux précieux physiques (or, argent, platine, palladium) et un peu de cryptos. Voici un exemple de portefeuille décemment diversifié.

Il est également important de noter que la diversification n’est pas une protection ultime contre la baisse des marchés. En cas de krach, même des actifs non corrélés peuvent s’effondrer simultanément, peu importe vos choix.

Actuellement, la Bourse semble être mûre pour une correction alors que l’or semble établir des fondations pour une nouvelle hausse de 200 $ l’once, avec, à l’horizon des mois à venir, la forte probabilité de le voir s’apprécier de 300 à 600 $.

Les gouvernements mondiaux sont en train de détruire les PME avec leur gestion de la crise du coronavirus. On pourrait être tenté de suivre la majorité pour investir dans les actions, les obligations et l’immobilier. Mais les arguments en faveur de l’or et des cryptos sont également convaincants. Il est important d’avoir des actifs en dehors du système traditionnel (banques, courtiers, plates-formes de trading, etc.).

Depuis que l’or a dépassé les 2.000 $, il est en mode de réaction, comme je l’avais anticipé. Ce qui est représentatif de sa volatilité qui est susceptible de provoquer un malaise. En tant qu’investisseur, il faut se préparer à tous les scénarios. Mais il y a une bonne nouvelle. En effet, l’or est en train de former un double plus bas sur le graphique quotidien. L’oscillateur stochastique 14, 7, 7 part à la hausse.

Récemment, j’ai conseillé aux investisseurs d’acheter autour de 1.788 $ et de vendre autour de 1.966 $. Aujourd’hui, mon conseil est d’acheter autour de 1.770 $ (avec stoploss à 1.750 $ pour ceux qui le souhaitent).

La correction semble désormais excessive. Les partisans des théories du complot se demandent si les banques ne manipulent pas le cours à la baisse. C’est peut-être le cas. Mais la configuration technique est désormais plus positive. Les investisseurs qui achètent autour des grosses zones de support peuvent voir venir avec optimisme. »