Marché de l’or : les conseils de février de Stewart Thomson

0
1159
or février

La baisse récente du cours de l’or offre des opportunités, mais je vous conseille d’être patient. J’aimerais voir une baisse d’au moins 50 $ avant de prendre de nouvelles positions à moyen terme.

La plupart des investisseurs amateurs dans l’or devraient attendre une baisse de 100 $ avant de se positionner, ou utiliser des stop loss (limite de perte) serrés afin de protéger leur capital. Lorsqu’on achète de l’or, il est important d’être accompagné dans son initiative par des mains fortes. Les petits dips ne stimulent pas l’appétit des acheteurs de Chine et d’Inde, ainsi que des traders du Comex.

Zones d’entrée pour l’or

L’or a grimpé d’environ 130 $ depuis le plus bas du mois d’août à environ 1175 $. Une consolidation ou une correction devient plus probable alors que la hausse se poursuit, aussi bien en termes de prix que dans le temps. Cela ne signifie pas que nous aurons une correction demain, par contre les investisseurs doivent se préparer émotionnellement à une telle éventualité.

Une correction de 50 % signifierait que l’or s’échangerait autour des 1250 $ l’once. Cela représenterait une correction de 80 $ par rapport au plus haut de 1330 $. Ce recul n’est pas suffisant pour garantir des achats massifs de la part des dealers indiens et chinois, ou des traders du Comex.

Si l’or poursuit sa hausse jusqu’à 1350 $ avant la correction, une retraite jusqu’à 1250 $ deviendrait une zone d’achat importante pour les investisseurs à long terme. (…) Si les perspectives à long terme de l’or sont vraiment spectaculaires, la situation à court terme est quelque peu négative.

Cela s’explique par le Nouvel An chinois, et les jours fériés qui s’ensuivent. Cette semaine, le marché de l’or est fermé en Chine, ce qui est une grosse épine dans le pied de la demande. S’il est vrai que la demande chinoise a tendance à bondir durant cette période de l’année, je pense que cette fois nous n’assisterons à rien de particulier, si ce n’est une correction modeste et saine. Je suis déjà surpris par son caractère bénin.

Aux États-Unis, les meilleurs économistes des banques prédisent une baisse de la croissance à 2 % ou moins pour le 3e trimestre, une période propice aux krachs boursiers. Les républicains ont perdu la Chambre des représentants, car ils ont refusé d’éliminer l’impôt sur le revenu pour les pauvres. Aujourd’hui, les nouveaux élus veulent prendre des mesures contre les rachats d’actions, qui ont notamment permis de soutenir les marchés.

Jay Powell a averti les investisseurs du risque de krach aux États-Unis. Les gestionnaires de Wall Street prédisent qu’il ne relèvera plus les taux cette année, mais je pense qu’ils prennent leurs désirs pour des réalités. Selon moi ce n’est pas le risque numéro 1, mais la stagflation qui pourrait se manifester durant le second trimestre. Cela pousserait fortement les gestionnaires vers les actions minières.

Situation de l’or en février 2019

À court terme, l’or fait face à des vents contraires saisonniers modérés. À moyen et à long terme, l’or bénéficie de vents favorables puissants. (…) Pour les investisseurs dans le métal jaune qui se positionnent sur le long terme, il est particulièrement intéressant de noter que des banques centrales remplacent lentement et sûrement leurs obligations américaines par des lingots d’or ! Cela mettra certainement la pression sur la FED si cela devait se poursuivre. Ce qui pourrait en conséquence la pousser à réexaminer sa politique de resserrement quantitatif. Un tel scénario ne ferait qu’accentuer la perte de confiance en la Banque centrale américaine. (…)

Source