Or : les banques centrales en veulent davantage

0
490
or de la Buba

La Banque centrale d’Inde est susceptible d’imiter ses collègues de Russie et de Chine en achetant de l’or cette année. Elle augmenterait ainsi des stocks de lingots déjà records, tout en soutenant la demande mondiale d’or alors que les grandes économies diversifient leurs réserves.

Les achats de la Reserve Bank of India s’inscrivent dans une tendance plus générale d’économies en voie de développement qui souhaitent dédollariser leurs réserves, d’après Ross Strachan de Capital Economics Ltd. La stratégie d’achat de métal de la RBI peut se poursuivre durant plusieurs années sur base de petites quantités, a-t-il précisé.

Elle pourrait acheter 1,5 million d’onces en 2019, soit environ 46,7 tonnes, selon Howie Lee, économiste de la Oversea-Chinese Banking Corp., en extrapolant sur base de ses achats de janvier et de février.

L’année dernière, la banque centrale indienne a acheté environ 42 tonnes de lingots d’or. Après ses acquisitions des 2 premiers mois de 2019, ses réserves de métal ont atteint un nouveau record de 609 tonnes, d’après les statistiques du FMI. L’année dernière la Russie a acheté 274 tonnes d’or, tout en poursuivant ses emplettes en 2019. La Chine est à nouveau engagée dans une frénésie d’achat depuis décembre. En 2019, les banques centrales pourraient acheter au total 700 tonnes d’or sous l’impulsion de pays tels que le Kazakhstan, l’Iran et la Turquie, selon Citigroup.

Les incertitudes économiques et géopolitiques grandissantes ont encouragé les banques centrales à diversifier leurs réserves, à se focaliser sur des actifs sûrs et liquides. L’année dernière, elles ont acheté 651,5 tonnes de lingots d’or. (…)

« Il semble y avoir une forme de tendance, ce n’est pas que la RBI. Les banques centrales achètent souvent du métal lorsque l’environnement macroéconomique mondial est incertain, a déclaré Lee. Ce n’est pas un hasard si la Chine fut l’un des grands acheteurs d’or ces derniers mois, alors qu’elle est en plein litige avec les États-Unis. Elle a peut-être voulu diversifier ses réserves, qui comptent pour plus d’un trillion de dollars d’actifs. » « Il se pourrait que les achats de l’Inde soient dictés par les mêmes raisons », a-t-il déclaré.

En mars, Donald Trump a annoncé son intention de mettre un terme à des avantages commerciaux accordés à l’Inde et à la Turquie. Un compte à rebours de 60 jours a été lancé, après quoi le président pourra agir de sa propre autorité.

Diversification

La hausse du déficit américain et la FED qui a annoncé la fin de la normalisation monétaire aux États-Unis sont peut-être d’autres facteurs qui ont encouragé la RBI à acheter de l’or, selon Shekhar Bhandari, de la banque Kotak Mahindra.

Les devises affluent en Inde, « donc acheter des bons du Trésor et de l’or permet de maintenir la faiblesse de la roupie, et donc de doper les exportations indiennes » a-t-il déclaré. (…)

Pour en revenir à la RBI, elle a encore de la marge de manœuvre en termes de diversification. Si l’Inde est 10e au classement des pays qui possèdent le plus d’or, son métal ne représente que 6,4 % de ses réserves, alors que ce chiffre est de 70 % en Allemagne et aux États-Unis.

« Il s’agit d’un argument pour davantage d’achats », a déclaré Carsten Fritsch, de Commerzbank. « C’est difficile de prédire quelle quantité de métal elle va acheter cette année, mais cela pourrait être plus que l’année dernière », a-t-il conclu.

Source : Bloomberg