Pénurie de métaux précieux : un marchand achète les Silver Eagles 25 % au-dessus du spot !

0
22503
Silver eagle

Alors que le coronavirus perturbe la planète entière, la demande pour les pièces d’or et d’argent explose. Par exemple, le marchand de Singapour BullionStar enregistre une demande sans précédent depuis ces dernières semaines. Cette ruée vers les métaux précieux a débouché sur des prix qui sont bien supérieurs aux cours officiels.

Par exemple, BullionStar a récemment annoncé être prêt à racheter les Silver Eagles à 25 % au-dessus du cours spot de l’argent ! Ces cours officiels sont principalement déterminés par les marchés de New York (le COMEX, qui est spécialisé dans les contrats à terme) et de Londres (LBMA).

Que doit-on anticiper ?

Les pièces et les lingots d’or et d’argent que vous achetez sont fabriqués par des Monnaies publiques ou privées. La US Mint et la Royal Canadian Mint, par exemple, ont été submergées par la demande. C’est d’autant plus vrai que ces Monnaies ont connu des années calmes après une période de forte demande entre 2015 et 2017.

Cependant, cette activité est à faible valeur ajoutée. La fabrication des pièces de monnaie du quotidien est plus rentable. Par exemple, la US Mint vend ses pièces d’or avec un supplément de 3 % sur le cours spot. Celui-ci inclut tous les frais de fabrication. La marge bénéficiaire de la US Mint est de 0,8 % sur son chiffre d’affaires, de 2,5 % pour la monnaie royale canadienne.

Si la demande devait perdurer, les Monnaies seront en mesure d’augmenter rapidement leur production. Source

Pénurie d’or ?

Reste à voir si elles seront en mesure d’obtenir facilement du métal. Si le LBMA et le COMEX ont publié récemment des communiqués afin de rassurer les investisseurs, les spreads entre le cours spot de l’or et les contrats à terme suggèrent qu’il y a de grosses tensions sur le marché de l’or physique.

Dans les médias dominants, la suspension des vols entre New York et Londres a été évoquée pour expliquer la pénurie d’or au COMEX. Pourtant, la Grande-Bretagne n’a jamais été une source de lingots pour les USA… Pour preuve :

Certains analystes ont évoqué l’épisode du London gold pool pour suggérer que le marché de l’or physique est en train d’imploser. S’il est probablement prématuré de tirer de telles conclusions, il se passe tout de même des choses étranges.

Cet article de BullionStar explique que le COMEX est un marché papier à 99,9 %, tandis que le LBMA, qui définit le cours spot, est plus orienté sur le métal physique. Malgré la demande énorme d’or, les volumes échangés au LBMA ne cessent de baisser. Ce qui est plus que curieux.

BullionStar évoque en guise d’explication un article de Bloomberg qui cite David Govett, responsable du trading des métaux précieux du broker matières premières Marex Spectron :

« Vous avez toute une série de faiseurs de marchés en état de choc qui se cachent littéralement en dessous de leurs bureaux, qui sont incapables de répondre à toute demande de marché. C’est pourquoi nous avons ce manque de liquidités, de faibles volumes et d’énormes spreads. »

Il y a clairement des tensions extrêmes. Reste à savoir si elles sont temporaires ou pas.