Les autorités indiennes ont beau avoir abaissé les droits de douane sur l’or, les importations illicites se poursuivent à un rythme important. Les saisies continuent d’avoir lieu aux aéroports et ne représentent que la partie visible de l’iceberg du métal jaune qui tente d’entrer illégalement dans le pays. De MarketWatch :

« Un homme arrivant à l’aéroport international de Kannur du Kerala, dans le sud de l’Inde, a tout de suite attiré l’attention des douaniers. Une fouille rapide a révélé pourquoi : entre les deux jeans cousus ensemble qu’il portait se trouvait une fine couche de poussière d’or qui avait été transformée en une pâte appliquée comme de la peinture sur le tissu. Au total, l’homme emportait dans son pantalon quelque 302 grammes d’or d’une valeur d’environ 20.000 $, ont indiqué les autorités.

Pour les douaniers d’un pays qui est devenu l’un des plus grands centres de la contrebande d’or au monde, ce fut en fait une journée plutôt normale.

En 2020, les responsables indiens ont indiqué avoir saisi pour 185 millions de dollars d’or introduit de façon illégale dans le pays. Mais il s’agit d’une goutte d’eau dans l’océan : les experts estiment qu’environ un cinquième des 1.000 tonnes d’or qui sont entrées en Inde l’année dernière est arrivé illégalement. Cela équivaut à environ 11 milliards de dollars.

La raison est simple : l’Inde est l’un des plus gros consommateurs d’or au monde, mais il ne figure même pas dans le top 50 en termes de production. Les droits de douane élevés sur les importations d’or ont alimenté la création d’une industrie de la contrebande qui est en plein essor, selon des responsables.

« Il est inutile de dire que l’augmentation des droits sur l’or importé a incité la contrebande du métal jaune », a écrit la Direction indienne des renseignements fiscaux dans son rapport annuel sur la contrebande l’année dernière.

Ce sont le plus souvent des passagers en provenance du Moyen-Orient portant de l’or sur eux qui font rentrer du métal dans le pays, plus précisément des Émirats arabes unis, l’une des plates-formes du commerce mondial de l’or.

Les contrebandiers enrôlent généralement des travailleurs indiens du Moyen-Orient pour transporter la marchandise jusqu’à chez eux, cachée de diverses manières. Les douaniers disent qu’ils trouvent souvent le butin emballé dans des capsules insérées dans le rectum d’un passager. Mais ils ont également trouvé de l’or caché sous des perruques élaborées, tissé dans les coutures de valises, dans des semelles de chaussures ou des sous-vêtements.

Dans un cas de l’année dernière, 30 kilos d’or d’une valeur de plus de 2 millions de dollars ont été trouvés dans une valise diplomatique, ce qui déclencha un scandale politique.

De nombreux travailleurs indiens du Moyen-Orient sont originaires de l’État du Kerala. Ses aéroports sont devenus l’une des plaques tournantes de la contrebande. Les saisies sont presque quotidiennes, selon des responsables indiens. L’année dernière, les agents des douanes ont déclaré avoir fait des saisies annuelles record s’élevant à 540 kilos rien que dans cet État, soit plus du double du chiffre de l’année précédente et environ un cinquième de tout ce qui a été saisi dans le pays.

Une quantité considérable d’or illégal est également introduite en contrebande par voie terrestre via la frontière orientale du pays avec le Bangladesh, selon les autorités douanières.

Une grande partie de l’or importé finit par être utilisée à des fins domestiques. L’Inde abrite une énorme industrie de la joaillerie et l’or joue depuis longtemps longtemps un rôle culturel et économique majeur. Il est utilisé pour célébrer des événements marquants comme les naissances et les mariages, ainsi que considéré comme une réserve de valeur sûre pendant les périodes d’instabilité financière.

Impact, une organisation non gouvernementale canadienne qui suit l’approvisionnement en minéraux et pierres précieuses des zones de conflit, estime que les particuliers en Inde possèdent collectivement plus d’or que les banques centrales des États-Unis, de tous les pays de la zone euro et de la Chine réunies. »