Pourquoi l’or pourrait grimper durant la décennie à venir

0
1210
lingotins d'or de 50 grammes, 20 grammes, etc.

Contrairement à l’opinion populaire, l’or et l’argent ne sont pas une assurance immédiate contre les crises. En fait, une véritable crise peut engendrer la vente de tout type d’actif, y compris les métaux précieux, afin d’obtenir des liquidités indispensables.

Nous en avons eu un très bon exemple en 2008, à l’occasion de la dernière crise. Le cours de l’or a chuté de 31 % alors que l’accès au crédit se resserrait. Tandis que la crise s’accélérait, la ruée vers le cash démarrait. Ce fut douloureux pour les partisans de l’or qui ignoraient qu’en cas de crise du crédit, la valeur de tous les actifs baisse. Mais ce fut également une excellente opportunité d’achat. Voici le graphique de l’ETF GLD de cette période.

Les investisseurs dans l’or doivent être conscients de cela. Lorsque les choses dégénèrent, c’est la ruée vers l’argent liquide. Cet épisode passé, l’or devient très intéressant parce que les banques centrales poussent sur la pédale d’accélération monétaire. Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessus, le métal a bien grimpé durant les années qui ont suivi. Comme c’est souvent le cas, le timing est crucial.

Depuis 2011, l’or a été largement ignoré des investisseurs institutionnels. Cependant, cela devrait changer alors que la plupart des autres classes d’actifs se détériorent pour devenir peu attractives à terme.

Pourquoi être optimiste en ce qui concerne le métal jaune ? Je pense qu’il s’agit avant tout d’une assurance contre l’inflation, celle d’aujourd’hui ou les attentes d’une inflation future, alors que les devises sont dévaluées par des gouvernements incapables de payer leurs factures.

Alors que l’optimisme à long terme pour l’or est si bas et que le cours du métal jaune dans de nombreuses devises étrangères est déjà proche de son record, ou l’a déjà atteint, voir le cours de l’or exprimé en dollars bondir n’est qu’une question de temps. On pourrait assister à un repli à court terme, mais les facteurs à long terme sont très constructifs.

Les perspectives positives de l’or sur le long terme

En 2018, le sentiment pour les métaux précieux était au plus bas. Ils intéressaient très peu d’investisseurs. C’est habituellement le moment idéal pour y réfléchir, d’un point de vue technique et fondamental, afin d’adopter une posture contrarienne.

Le graphique ci-dessous met en exergue l’exposition des gestionnaires à l’or (contrats à terme et options, la ligne verte). Il montre que l’allocation au métal jaune fut à son plus bas en octobre 2018, au moins depuis 2006. Il est également intéressant de relever que malgré ce très faible intérêt pour le métal, le cours de l’or (en jaune) en 2018 est plus élevé que le plus bas de 2016. Selon moi, il s’agit d’une divergence à long terme très positive.

Si on regarde à encore plus long terme, sur 20 ans, on voit ci-dessous des positions short « non commerciales » massives. Il s’agit des spéculateurs qui se trompent régulièrement à l’occasion des renversements de marché. Le fait que les spéculateurs non commerciaux ont accumulé des positions short records en 2018 montre qu’ils vont peut-être devoir se couvrir, et peut-être ensuite acheter. Ce qui doperait la demande.

Le plus bas des métaux précieux est en cours de formation depuis le début de l’année 2016. Comme vous pouvez le voir ci-dessous avec le graphique de l’ETF des minières GDF, il a connu une hausse importante cette année-là pour ensuite évoluer en dents de scie jusque janvier 2019. Aujourd’hui, la situation semble être mûre pour une nouvelle hausse importante. (…)

Le graphique à long terme de l’or ci-dessous est positif. Le plus bas de la tasse s’est formé depuis le début de l’année 2016. Contemplez la vue d’ensemble depuis 2000. Nous avons connu une hausse énorme, le métal passant de 250 $ à plus de 1900 $ en 2011. Nous avons ensuite connu une correction substantielle de 50 % en 2012. Une telle correction dans le cadre d’un marché haussier n’est pas inhabituelle.

On peut prendre comme référence le pic du marché haussier des années 80. Le cours avait grimpé jusqu’à plus de 800 $. À l’époque, de nombreux analystes prédisaient 3000 $. De mon côté, j’avais prédit un cycle baissier long de 20 ans en 1981. Personne ne m’a cru, mais cela a eu lieu. Comme nous le savons, le marcher baissier a pris fin exactement en 2001, comme je l’avais prédit. Mais habituellement, les cycles ne sont pas aussi précis.

Tout aussi important, notre prévision de 1981 spécifiait, selon notre analyse des cycles à très long terme, que ce marché baissier de 20 ans serait suivi d’un marché haussier long de 30 ans. Nous reconnaissions même que nous ne savions pas exactement pourquoi que l’analyse des cycles disait que cela allait se produire.

Si le second volet de la prévision devait lui aussi être exact, cela signifie que le marché haussier de l’or devrait durer jusqu’à environ 2030. Historiquement, ce sont les dernières phases d’un marché haussier qui sont les plus spectaculaires.

Article de Bert Dohmen, publié sur Forbes