Rotation des investisseurs de Bitcoin vers l’or ?

0
540
Bitcoin et or

Les beaux jours de Bitcoin sont morts. En 3 semaines, la cryptodevise n’est pas parvenue à franchir le seuil des 4.000 $, alors que pendant un an elle s’était échangée à plus de 12.000 $. Certains signes montrent que les investisseurs dans Bitcoin sont en train de se tourner vers une matière première plus traditionnelle selon Jan van Eck, CEO de Van Eck Associates.

« Je pense que, l’année dernière et en 2017, Bitcoin a effacé un peu de demande d’or », a déclaré van Eck dans l’émission ETF Edge de CNBC mercredi dernier. « Il est intéressant de noter que nous venons de sonder 4.000 investisseurs dans Bitcoin, et leur investissement numéro 1 pour 2019 est en fait l’or. Donc BTC avait siphonné une partie de la demande d’or et c’est maintenant le contraire qui a lieu. »

Dans les 12 mois qui ont précédé le record de Bitcoin (au-dessus de 20.000 $ en décembre 2017), la cryptodevise a vu son prix être multiplié par 25. Durant la même période, l’or a grimpé de 4 %. Aujourd’hui, plus d’un an après le record de BTC, il s’est replié de 82 % alors que l’or a progressé de 2,5 %.

Aujourd’hui, il pourrait être compliqué d’assister à un nouveau renversement de tendance en faveur de Bitcoin au détriment de l’or, selon Tim Seymour, fondateur et CEO Seymour Asset Management.

« Non seulement nous avons perdu toute la liquidité sous-jacente, mais en dehors de l’argument existentiel de la chaîne de blocs, il est très difficile de vanter le statut de valeur refuge de Bitcoin, ce qui était censé être son avantage », a déclaré Seymour dans la même émission. « L’or est quant à lui une réserve de valeur, ce fait est indiscutable. »

Si les actions minières or devaient en profiter cette année, les ETF sont l’une des façons de les jouer, selon van Eck, dont la société a créé parmi des ETF les plus populaires, à savoir le GDX et le GDXJ pour les titres juniors.

« Les actions minières se sont très bien comportées durant les 2/3 derniers mois… elles sont parties à la hausse tandis que le reste tanguait », a déclaré van Eck. « Durant la majorité des séances du T4 2018, lorsque le S&P500 était en baisse le GDX suivait la trajectoire contraire. Ce zigzag, ce découplage me rend très optimiste concernant les actions minières or en tant que stratégie de diversification. »

Durant le T4 2018, le GDX a grimpé de 14 %, enregistrant sa meilleure performance trimestrielle depuis 2016. Le S&P 500 a quant à lui baissé de 14 % durant cette période. Mais cette performance ne s’est pas poursuivie en ce début de nouvelle année, le GDX progressant de 1 % tandis que le S&P500 a bondi de 6 %.

Source : CNBC