Sur 20 ans, l’or affiche un rendement supérieur à Berkshire Hathaway de Buffett !

0
1509
lingotins d'or de 50 grammes, 20 grammes, etc.

Dans un article précédent, nous avons démonté les arguments développés par Warren Buffett, qui prétend que les actions sont beaucoup plus rentables que l’or. Aujourd’hui, le CEO d’US Global Investors enfonce le clou en montrant qu’en réalité, le métal jaune a généré durant ces 20 dernières années davantage de rendement que Berkshire Hathaway ! Cela n’empêche pas certains d’affirmer avec un aplomb déconcertant que l’or est un investissement pour les idiots. Soit, concentrons-nous sur les faits (têtus) développés par Frank Holmes :

« La semaine dernière, grâce à un tweet de Charlie Bilello, directeur de la recherche chez Pension Partners, j’ai appris que l’or surperforme le plus grand investisseur contemporain, Warren Buffett.

Durant ces 20 dernières années, l’or a affiché un rendement de plus de 485 %, alors que la holding de Buffett a enregistré une hausse de 426 %.

Certes, l’or a connu une hausse inhabituellement forte dans les années 2000 alors que les actions se sont fait massacrer après l’explosion de la bulle Internet et la crise financière. Mais c’est justement de cela que l’on parle. Ceux qui ont eu la prudence de diversifier leur portefeuille à cette période (pas uniquement avec de l’or, d’ailleurs, mais aussi des obligations, de l’immobilier et autres) ont bien mieux passé la tempête que les autres.

Buffett, un ancien bull de l’argent

La plupart des investisseurs connaissent le mépris de Buffett pour l’or. Mais ils ignorent qu’à une certaine époque, il était un bull de l’argent métal.

Dans le Midwest, la région d’origine de Buffett, on a une préférence historique pour l’argent sur l’or. En 1997 et 1998, Buffett et Berkshire ont accumulé un stock record de 129,7 millions d’onces d’argent, ce qui avait engendré une pénurie et fait grimper les prix de location du métal gris. Dans la lettre de 1998 de Berkshire à ses actionnaires, Buffett indiqua que les positions argent de sa société avaient permis de dégager un profit hors taxes de 97,4 millions de dollars. Buffett acheta cet argent à moins de 5 $ l’once pour le vendre autour de 13 $ en 2006. Au final, il aura vendu un peu trop tôt, vu que l’argent allait grimper jusqu’à 50 $ en 2011. Pourquoi autant parier sur l’argent et ignorer l’or, surtout que de toutes les classes d’actifs, seules les sociétés d’investissement immobilier cotées ont fait mieux que l’or en termes de rendement annualisé sur ces 20 dernières années ? Peut-être que Buffett devrait reconsidérer sa stratégie.

Les petits investisseurs sont certainement en train de revoir leur copie. L’appétit pour l’or et les investissements adossés au métal grandit sur fond de craintes d’un ralentissement économique mondial. Notamment du côté des ETF or, que ce soit aux États-Unis ou en Inde (…).

Des pays comme la Russie et la Chine sont à l’achat. (…) Je l’ai déjà dit auparavant, mais il est important de le répéter : les réserves d’or officielles de la Chine ne représentent que 2,8 % de ses réserves de change. Il s’agit de l’un des taux les plus bas du monde. À l’opposé, l’or représente 3/4 des réserves de change des États-Unis. Cela signifie que la Chine devra combler un énorme retard avant d’avoir des réserves diversifiées. Rien que l’activité de la Chine sur le marché de l’or est susceptible de fournir un excellent support au métal jaune pour un bon bout de temps.

Citigroup : l’or pourrait atteindre 2000 $ d’ici 12 à 24 mois

En parlant de support, les risques perçus de récession mondiale et de taux zéro aux États-Unis seraient suffisants, selon Citigroups, pour pousser l’or jusqu’à 2000 $ l’once, soit un record.

« Nous nous attendons à voir le cours spot de l’or poursuivre sa progression, avec la possibilité de le voir dépasser les 2000 $ l’once dans une année ou deux », a écrit l’analyste de Citi Aakash Doshi dans une note datée du 10 septembre. (…) »