Bourse : le pire mois de décembre depuis la Grande dépression

0
924
bourse

La correction des marchés actions commence tout doucement à inquiéter les investisseurs et les analystes. De plus en plus de grandes figures de la finance avertissent des dangers posés par la Bourse.

Comme le rapporte Zero Hedge, « les marchés actions américains n’ont jamais autant baissé durant le mois de décembre depuis la Grande dépression des années 30. Lundi dernier, le Dow Jones a perdu 507 points supplémentaires. Désormais, cet indice et le S&P 500 sont clairement dans une phase de correction, alors que le Russell 2000 est, quant à lui, officiellement en marché baissier.

La férocité de ce krach boursier étonne plus d’un expert. De nombreux investisseurs commencent à paniquer. Au début du mois d’octobre, le Dow Jones a atteint un nouveau record historique de 23.592,98 points. Depuis, il a chuté de plus de 3.300 points. Certains pensent que ce n’est que le début. »

Le pire mois de décembre depuis la Grande dépression des années 30, en voilà une affirmation tapageuse. Mais c’est pourtant bien là où nous en sommes, les chiffres de CNBC ne mentent pas. Et le pire, c’est que le mois de décembre n’est pas encore terminé. Si la tendance devait se poursuivre, on pourrait même obtenir une glissade historique durant un mois traditionnellement positif pour les marchés.

Mais comment en est-on arrivé là, alors qu’aucune mauvaise nouvelle majeure ne peut justifier une telle baisse ? La raison est simple : il s’agit d’une baisse d’appétit pour le risque alors que nous sommes en fin de cycle économique et que la probabilité d’une récession augmente chaque jour qui passe.

Des poids lourds de la finance avertissent

Certains affirment que nous sommes déjà dans un marché baissier sur les grands indices américains. Jeffrey Gundlach a notamment créé pas mal de remous lorsqu’il a déclaré en début de semaine qu’il est « fermement convaincu que le S&P 500 ira au-delà des plus bas enregistrés en 2018, et qu’il est convaincu que nous sommes dans un marché baissier ». Cette impression peut être corroborée par le fait que certains titres phares sont déjà en marché baissier. À titre d’exemple, Goldman Sachs a reculé de 40 % par rapport à son plus haut des 12 derniers mois. À vrai dire, ce sont toutes les banques qui sont malmenées en ce moment. Du côté des hedge funds, c’est le massacre. Les liquidations forcées permettent d’expliquer en partie les mouvements que nous avons connus.

L’ancien président de la FED Alan Greenspan a également donné son avis sur la question. Il a déclaré à CNN qu’il serait très surpris de voir les marchés actions se stabiliser pour ensuite repartir à la hausse. Et s’il n’exclut pas un redressement, il pense qu’une correction significative s’ensuivra. Comme il l’a dit à CNN, « après cette éventuelle hausse, courez aux abris ».

Tandis que les tensions grimpent entre la Maison-Blanche et la FED, Greenspan a averti que les États-Unis pourraient connaître une période de stagflation, comme ce fut le cas durant les années 70 au début des années 80.

Sources : ici et ici