Le chaos monétaire en Inde se poursuit

0
3164
Indiens qui font la file pour retirer de l'argent

Des scènes chaotiques ont pu être observées à travers toute l’Inde samedi dernier. En effet, des queues interminables et des bagarres ont accompagné des millions de personnes anxieuses, qui ont essayé d’échanger de vieux billets, ceux-ci ayant perdu toute leur valeur quelques jours plus tôt, lorsque le gouvernement indien a décidé de retirer de la circulation les plus grosses coupures de sa devise.

À New Delhi, la capitale du pays, des échauffourées ont éclaté car les distributeurs automatiques de billets ont manqué d’espèces. La panique s’est fait ressentir dans deux banques du vieux quartier de la ville, où des milliers de personnes qui attendaient en faisant la queue ont été poussées en avant.

Des troupes paramilitaires ont été positionnées dans les banques se trouvant dans certaines des zones les plus encombrées de la ville, exhortant les gens à rester les plus calmes possible. Cela dit, la frustration a augmenté au moment où il a été annoncé que certaines banques avaient épuisé leurs stocks de nouveaux billets de devises.

Le mardi, le gouvernement indien avait fait une annonce-surprise, en affirmant que tous les billets de 500 et 1000 roupies n’avaient plus aucune valeur monétaire. Cette décision avait été justifiée par la volonté supposée de lutte contre la corruption et l’évasion fiscale.

« Je suis si en colère contre le manque de planification dont le gouvernement a fait preuve avant de prendre cette mesure d’importance majeure », a déclaré Raju Sundaram, un cadre de bureau qui attendait devant une banque du Saket – quartier situé dans la partie sud de Delhi.

Sundaram, qui a passé quatre heures dans une file particulièrement longue, a affirmé que c’était la troisième journée consécutive qu’il faisait la queue à l’extérieur de sa banque. « Le jeudi et le vendredi, ils ont manqué d’argent avant mon tour », a-t-il dit, tout en portant un tas de documents et une bouteille d’eau.

Des files de ce genre ont été observées dans les grandes banques à travers tout le centre de Delhi, signe que les gens escomptaient retirer de nouveaux billets de banque.

Mais les problèmes ont notamment surgi car plus de la moitié des quelques 200 000 guichets automatiques, répartis à travers l’Inde, n’ont pas été reconfigurés pour distribuer les nouveaux billets de 2000 roupies introduits par le gouvernement, selon le ministre des Finances Arun Jaitely. Il a ajouté qu’il faudrait deux à trois semaines pour calibrer tous les distributeurs automatiques de billets du pays, afin qu’ils puissent fonctionner avec les nouveaux billets.

« Nous savions pertinemment, dès le départ, que le remplacement de ces billets ne pouvait pas arriver du jour au lendemain. Il s’agit, en effet, d’une opération de grande envergure, et cela vient seulement de commencer », a déclaré Jaitely.

Il a également ajouté que les changements nécessaires au niveau des distributeurs automatiques de billets n’ont pas pu être faits plus tôt, car le gouvernement voulait maintenir la démonétisation secrète.

Pendant ce temps-là, la colère montait parmi une population frustrée par les retards et les longues heures passées dans des queues interminables. Les concernés ont effectivement perdu leur sang-froid, et s’en sont notamment pris aux employés du gouvernement, ainsi qu’à ceux des banques.

« Si la situation est mauvaise en dehors de la banque, le chaos est complet à l’intérieur », a déclaré Suniti Kumar, une femme au foyer qui sortait d’une banque prise d’assaut par une foule agitée.

De nombreuses banques ont manqué de billets, et les personnels surchargés ayant travaillé pendant de longues heures sont tout simplement apparus comme impuissants.

« Ceci est une situation extrêmement perturbante », a d’ailleurs déclaré un caissier de banque dans le centre commerçant de Connaught Place, tout en sortant une cigarette. « Il aurait fallu une bien meilleure planification, mais malheureusement, cela n’a pas été le cas ». Notons que cet homme a parlé sous condition d’anonymat, tout simplement parce qu’il n’avait pas été officiellement autorisé par sa banque à s’exprimer devant les médias.

La police de Delhi a déclaré avoir reçu plus de 3000 appels d’urgence, témoignant d’échauffourées et de bagarres dans la ville, ce vendredi, alors que les gens se pressaient en dehors des banques, en attendant d’échanger des notes ou de retirer de l’argent.

Le samedi, près de 200 appels ont été reçus au cours des quatre premières heures après l’ouverture des banques à 09h 00, heure locale, selon la police indienne.

Dans la ville méridionale de Kollam, des foules furieuses ont fini par briser les vitres et vandaliser une banque, après que le gestionnaire de celle-ci ait annoncé aux clients que la banque était à court de billets.

Source : abcnews

Crédit photo : http://www.hindustantimes.com/

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here