Les frais de logement de 38 millions de ménages américains sont supérieurs à leurs moyens selon Harvard

0
471

D’après une étude récente de l’université de Harvard, presque 40 millions d’Américains vivent « dans un logement dont le prix est supérieur à leurs moyens ». Le taux de propriété est en baisse aux États-Unis tandis que les loyers continuent de grimper, ce qui signifie que des millions d’Américains doivent payer des montants supérieurs à ce qu’ils devraient raisonnablement allouer au logement.

Dans cette étude, les chercheurs ont fixé l’accessibilité du logement à la capacité des ménages à consacrer 30 % ou moins de leurs revenus au logement, montant qui peut inclure les remboursements de leurs crédits hypothécaires, l’assurance et les taxes foncières.

Le taux de propriété ne cesse de baisser, d’après le rapport complet « 2017 State of the Nation’s Housing » du Joint Center for Housing Studies. Cela s’explique en partie parce que les prix de l’immobilier ont continué de grimper sur de nombreux marchés tandis que les salaires n’ont pas suivi le même rythme. En 2016, « le taux de propriété a baissé jusqu’à 63,4 %, marquant ainsi une douzième année consécutive de déclin ».

De nombreux candidats acheteurs sont contraints et forcés de louer, d’après le rapport d’Harvard : « L’augmentation de la demande pour les locations qui a débuté en 2005 est globale : elle frappe même certains types de ménages qui traditionnellement privilégient l’achat immobilier. »

Simultanément, les locations sont plus chères alors que « la hausse des loyers à travers le pays continue de progresser bien plus vite que l’inflation. » Et l’offre locative est tendue. Vu que la plupart des nouveaux logements construits tendent vers le haut de gamme, « le nombre de logements à prix modeste qui sont disponibles à moins de 800 $ par mois a baissé de 261 000 unités entre 2005 et 2015 tandis que le nombre de logements coûtant plus de 2 000 $ par mois a bondi de 1,5 million ».

Pour de nombreux Américains, surtout pour ceux qui vivent dans les zones métropolitaines qui pourvoient la majorité des emplois enviables, la situation semble morose. NBC News l’a résumé ainsi : plus de 38 millions de ménages américains payent des frais de logement supérieurs à leurs moyens, soit une augmentation de 146 % sur ces 16 dernières années.

Mais même ceux qui ont eu la chance de pouvoir acheter ne sont pas à l’abri. Le rapport de Harvard mentionne que « la valeur de la maison du propriétaire moyen n’a pas en moyenne effacé les pertes enregistrées durant la crise de l’immobilier ». Même si dans certaines régions comme la Californie, la Floride et la Nouvelle-Angleterre la valeur de l’immobilier a pu grimper jusqu’à 40 % depuis 2000, tandis que les prix ont doublé dans certaines zones urbaines, les prix stagnent ou peuvent même être en baisse de 46 % dans de nombreuses régions du sud et du Midwest.

évolution des prix de l'immobilier aux usa

Évolution des prix de l’immobilier aux USA

Le logement est-il abordable ? Tout dépend de la situation géographique. En termes d’achat, seulement 19 % des habitants de Honolulu et seulement 25 % des résidents de Los Angeles et de San Francisco peuvent se permettre d’acheter une maison au prix médian du marché.

La situation est particulièrement difficile pour les travailleurs paupérisés. À travers les États-Unis, « le loyer représente un lourd fardeau pour 70,3 % des ménages aux revenus les plus modestes ». Chez certains, plus de 50 % des revenus mensuels sont engloutis par le loyer, ce qui signifie que ces sommes ne peuvent être épargnées ou utilisées pour rembourser anticipativement des crédits.

Traduction de l’article de cnbc.com publié le 13 juillet 2017