La bataille juridique du Venezuela contre la Banque d’Angleterre pour récupérer son or

0
1577
or de la Buba

Le Venezuela a intenté une action en justice contre la Banque d’Angleterre afin de récupérer son or, évalué à 930 millions d’euros. L’or est bloqué par la BoE en raison des sanctions infligées au Venezuela par les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Le Venezuela demande la vente d’une partie de cet or afin de pouvoir combattre la pandémie de coronavirus. Caracas a d’ailleurs proposé que cet argent soit versé aux Nations unies afin de garantir l’utilisation stricte de l’argent au combat de la pandémie.

La proposition du Venezuela

Le Venezuela propose que les fonds soient transférés au programme de développement des Nations unies. Ce sera alors à lui de piloter les achats d’équipements sanitaires pour combattre le coronavirus. Ce dossier juridique est avancé alors que de gros points d’interrogation planent sur la capacité du Venezuela à gérer la crise. Son système de soins de santé est en pleine crise. Une plainte a été ainsi déposée devant un tribunal londonien ce 14 mai.

« Alors que des vies sont en jeu, il est temps de mettre les confrontations politiques de côté », a déclaré Sarosh Zaiwalla, l’avocat londonien qui représente le Venezuela.

Les Nations unies ont indiqué à la BBC dans un e-mail qu’elles ont simplement été approchées par la Banque du Venezuela afin d’explorer un tel mécanisme. Lorsque Reuters a interrogé la Banque d’Angleterre sur le sujet, celle-ci n’a pas souhaité commenter.

Pourquoi l’or du Venezuela est-il au Royaume-Uni ?

La Banque d’Angleterre est la seconde entité qui possède le plus d’or au monde, derrière la Federal Reserve de New York. La BoE stocke environ 400.000 lingots d’or. Elle possède l’un des coffres les plus vastes du monde. Elle se vante qu’au cours de son existence longue de 320 années, aucun vol n’a été commis. Les banques centrales de nombreuses nations font confiance à la Banque d’Angleterre pour stocker leur or, dont le Venezuela.

Pourquoi le Venezuela veut-il son or ?

Malgré ses ressources en pétrole, l’économie vénézuélienne s’effondre depuis des années en raison de la mauvaise gestion du gouvernement et de la corruption, le tout étant exacerbé par les sanctions internationales. Vu que le Venezuela produit très peu de choses mis à part du pétrole, il doit importer, ce qui signifie avoir des devises étrangères.

Et vu que la production pétrolière du Venezuela a chuté, le pays dispose de peu de devises. C’est pourquoi le Venezuela a vendu une partie de ses réserves d’or stockées auprès de sa propre banque centrale à des alliés tels que la Turquie, la Russie et les Émirats arabes unis.

Mais les États-Unis, qui ne reconnaissent pas le gouvernement de Maduro, ont averti l’année dernière que les « banquiers, courtiers, traders et autres intermédiaires » ne peuvent s’impliquer dans des échanges concernant « l’or, le pétrole, ou toute autre matière première du Venezuela volés au peuple vénézuélien par la mafia de Maduro ».

Le Venezuela aurait continué de vendre de l’or à l’Iran, également sous sanctions américaines. Cela n’a pas empêché les réserves en devises étrangères de la Banque du Venezuela d’atteindre leur plus bas de ces 30 dernières années en date de janvier 2020, selon les statistiques de l’institution.

Elle a un besoin très urgent de devises. Son or stocké à la Banque d’Angleterre semble être la solution.

Fin 2018, le ministre des Finances vénézuélien et le président de la Banque centrale du Venezuela se sont déplacés jusqu’à Londres afin de demander la restitution des lingots d’or du pays. En janvier 2019, la Banque d’Angleterre refusa, sans motiver sa décision. Cette décision tomba néanmoins quelques jours après que le rival de Maduro, Juan Guaido, se soit autoproclamé président. Il estimait que l’élection 2018 de Maduro était entachée d’irrégularités.

Guaido fut rapidement reconnu en tant que président légitime par plus de 50 pays, dont les États-Unis et la Grande-Bretagne. Il demanda alors à la Banque d’Angleterre de ne pas remettre l’or au gouvernement de Maduro. (…)

Source

Conclusion

Quoi que l’on pense du Venezuela, cette proposition garantit que la vente de cet or sera consacrée à la protection de la population vénézuélienne. Voyons maintenant quelles seront les excuses invoquées pour empêcher la restitution d’un bien à son légitime propriétaire.