La demande d’or à un plus bas de 10 ans ?

0
1854
lingotins d'or

Un sujet de Fox Business affirme que la demande d’or aux États-Unis enregistre un plus bas de 10 ans. Qu’en est-il vraiment ?

Cette affirmation a été développée dans l’article suivant de Fox, qui dit :

« Pour les investisseurs de l’or, l’augmentation de la volatilité sur les marchés ne fait pas le poids par rapport à la croissance économique actuelle, tandis que la demande d’or atteint un plus bas d’une décennie, d’après le World Gold Council (WGC).

Lea WGC a rapporté que la demande mondiale d’or a connu son premier trimestre le plus faible depuis 2008. Elle est tombée à 973 t durant le T1 2018, il s’agit d’une baisse de 7 % par rapport à la demande de 1047 t du T1 2017. »

Reuters rapporte la baisse des ventes de pièces d’or aux États-Unis alors que les marchés actions sont plus attractifs.

« Les petits investisseurs américains sont en train de perdre leur appétit pour l’or physique alors que la vigueur des marchés actions offre des alternatives plus tentantes, ce qui a catapulté les ventes de pièces d’or fraîchement frappées un plus bas de 10 ans.

De plus en plus de pièces d’or en circulation sont revendues sur le marché, ce qui ne fait que réduire davantage la demande pour les pièces flambant neuves. »

Un indicateur contrarien

Tout d’abord, il est bon de noter que la vente de pièces d’or par les petits investisseurs est un indicateur contrarien. Et s’ils le font pour acheter Bitcoin ou des actions, c’est également un indicateur contrarien pour les cryptodevises et la Bourse.

Quid de la demande

En fait, la demande d’or a atteint son plus bas en décembre 2015. Comment puis-je déterminer avec certitude ? Tout simplement en me basant sur le prix.

Comme indiqué sur le graphique ci-dessus, la demande d’or a connu un pic en septembre 2011 et un plus bas en décembre 2015. Mais attendez une minute, il s’agit du prix, ce n’est pas la demande. Et pourtant…

Contrairement à l’argent, qui est largement utilisé dans l’industrie, presque chaque once d’or qui sort des mines est disponible à l’achat. Quelqu’un doit posséder ce métal physique. Le prix représente donc la demande.

L’or est en hausse de 31 % et les petits investisseurs vendent : il s’agit d’un indicateur contrarien majeur.

Ce qui alimente les achats d’or

Le facteur premier qui alimente les achats d’or est la foi en les banques centrales. En 2011, des craintes de voir la zone euro exploser sont apparues. En 2012, le président de la BCE Mario Draghi a prononcé un discours célèbre dans lequel il a déclaré : « Dans le cadre de son mandat, la BCE est prête à faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l’euro. Et, croyez-moi, cela sera suffisant. »

Curieusement, il n’a absolument rien fait à l’époque. Ses simples paroles furent suffisantes pour restaurer la foi.

L’or VS la foi en les banques centrales

Certains pensent que la FED agit en retard. D’autre qu’une catastrophe déflationniste se prépare et que la FED devra recourir à davantage de QE. Choisissez votre camp, mais quoi qu’il en soit la foi en les banques centrales s’érode.

Une catastrophe déflationniste

Étant donné l’endettement global du système financier, je suis convaincu que le scénario de la catastrophe déflationniste est le plus probable.

« Si je voulais créer une catastrophe déflationniste, je ferais exactement ce que les banquiers centraux font depuis 6 ans », a déclaré Stanley Druckenmiller.

Comment la FED réagirait si un tel scénario devait se produire ? La réponse évidente est d’injecter à nouveau des liquidités massives. Je m’attends à voir l’or partir à la hausse comme en 2009-2011.

Article de Mike Shedlock, publié le 5 mai 2018 sur themaven.net