Le cours spot de l’or s’est installé à plus de 1.800 dollars

0
580
Or

Ce jeudi, le cours spot de l’or s’est confortablement installé au-dessus des 1.800 $ alors que la résurgence des cas de Covid-19 ne cesse pas. Ce mercredi, le cours spot a grimpé jusqu’à 1.817,71 dollars (un plus haut depuis septembre 2011).

Depuis, la tendance s’est essoufflée, « mais personne ne semble prêt à vouloir abandonner son positionnement pour le moment », a déclaré Edward Moya, analyste senior de chez Oanda. « Les perspectives pour l’or semblent très positives, aussi bien à court terme qu’à long terme. Il y a suffisamment de facteurs en sa faveur pour qu’il puisse battre son record historique d’ici la fin de l’année », a-t-il ajouté.

Les cas mondiaux de coronavirus ont dépassé la barre des 12 millions d’infections ce mercredi. Le virus a déjà fait plus d’un demi-million de victimes.

Perpétuant les craintes d’un revers économique engendré par la pandémie, les responsables de la FED ont déclaré ce mercredi que la reprise économique des États-Unis pourrait connaître un coup d’arrêt.

Simultanément, le ministre des Finances britannique a promis 38 milliards de dollars supplémentaires pour gérer la crise de l’emploi. Les stimulations ont tendance à doper l’or, considéré comme une assurance contre l’inflation et la dévaluation des devises. La faiblesse du dollar a également contribué à l’appréciation du métal jaune.

Malgré la publication de certains chiffres positifs, le retour du virus a favorisé les valeurs refuges. À court terme, l’or devrait rester dans la bande des 1.780-1.820 $, selon John Sharma, économiste de la National Australia Bank.

De son côté, l’argent métal s’échange un peu en dessous des 19 $ après s’être aventuré au-delà de ce niveau.

Les contrats à terme à moins de 100 $ de leur record historique

Sur les contrats à terme, le record de l’or (à la clôture) en ce qui concerne son contrat le plus échangé date du 22 août 2011, lorsqu’il avait atteint les 1.891,9 dollars. Si on prend en compte les mouvements en cours de séance, le record date du 6 septembre 2011, lorsqu’il avait touché 1.923,7 dollars. Ce mercredi, les contrats du mois d’août ont presque atteint les 1.830 $. Soit moins de 100 $ du record historique.

L’or a franchi facilement la barre des 1.800 $. « Il semble avoir retrouvé de son peps », selon Ross Norman, de Metals Daily. Les bulls seront également « fortement encouragés par l’argent, qui finit enfin par performer ».

Selon Norman, le marché de l’or ne réagit pas au dollar et aux nouvelles concernant le coronavirus. Selon lui, sa hausse est engendrée par la situation économique du second trimestre. L’augmentation massive de la masse monétaire M2 engendre des craintes quant à l’inflation future, la dette et les taux réels négatifs sur les obligations américaines.

Ce sont surtout les ETF qui sont utilisés par les investisseurs pour s’exposer à l’or. Selon Norman, « les achats d’or sur les ETF sont très loin des montants annuels enregistrés durant les années précédentes ».

Selon le World Gold Council, les flux entrants nets sur les ETF or ont atteint jusqu’à présent 39,5 milliards de dollars. Le record de 2016, avec ses 23 milliards de flux entrants nets, est donc pulvérisé. Les fonds nord-américains ont représenté 80 % des flux nets de juin. Ils ont donc acheté pour 4,6 milliards d’or via les ETF.

Ed Moy, qui fut directeur de la US Mint entre 2006 et 2011, soit durant la crise financière, a déclaré que les nombreux facteurs qui ont propulsé l’or de 600 $ en 2006 à 1.900 $ en 2011 sont derrière la hausse actuelle du métal.

Il y a « énormément de stimulations monétaires et fiscales sans plan de sortie, ainsi qu’un chemin incertain vers la reprise alors que nous traversons une crise économique sans précédent ». Cependant, il voit également des différences par rapport à la crise précédente.

À savoir « les stimulations aussi bien fiscales que monétaires sont plus importantes cette fois, et déployées sur une plus courte période ». De plus, il faut ajouter cette fois les protestations, les émeutes et les troubles sociaux. Ainsi que l’élection présidentielle à venir, qui fait peser des incertitudes sur l’opinion traditionnelle qui estime que les États-Unis représentent une île de stabilité durant une tempête économique mondiale.

Norman a confirmé sa prévision 2020 faite en décembre 2019 d’un cours record de l’or à 2.080 $ d’ici la fin de l’année.

Sources : ici et ici