ABN AMRO : l’or à 2.000 $ en 2021

0
1293
lingots d'or pur

Le marché de l’or court toujours le risque de subir une correction à court terme en vertu d’un changement du sentiment des investisseurs. Mais le franchissement de la barre des 1.800 $ annonce un futur radieux pour le métal précieux, d’après une banque des Pays-Bas.

Dans un rapport publié ce jeudi, Georgette Boele, stratégiste métaux précieux d’ABN AMRO, écrit que les planètes continuent de s’aligner pour le marché de l’or alors que son prix a franchi la barre psychologique important des 1.800 $ l’once.

1.800 $ : une barre psychologique importante

Tout en confirmant sa prévision pour la fin de l’année à 1.900 $, Boele a modifié sa prédiction pour 2021. Elle pense que le métal jaune clôturera l’année prochaine à 2.000 $. Son objectif précédent était à 1.800 $.

« Désormais, la barre psychologique des 1.800 $ a été franchie. Il semble que les investisseurs ne seront pleinement satisfaits que lorsque le record précédent de 1.931 $ sera atteint et dépassé. Cette étape effectuée, une autre barre psychologique importante, celle des 2.000 $, sera à portée de main », a-t-elle écrit dans sa note.

Cependant, elle précise aussi que le marché de l’or n’est pas à l’abri d’une correction à court terme : « Les positions spéculatives sont substantielles. L’activité sur les ETF or est à des niveaux records. En cas de détérioration du sentiment des investisseurs, certaines positions seront probablement clôturées, a-t-elle écrit. Cela débouchera sur davantage de volatilité pour le prix de l’or. Nous anticipons toujours une correction substantielle pour le métal jaune, lorsque le goût pour le risque s’étiolera et que le dollar redeviendra en odeur de sainteté. »

Malgré une potentielle faiblesse à court terme, Boele conseille aux investisseurs de se focaliser sur la tendance haussière à long terme.

« Cette correction sera probablement de courte durée. Les investisseurs qui sont en embuscade pourront en profiter pour acheter les creux », a-t-elle précisé.

Selon Boele, l’or devrait continuer d’être un investissement de type valeur refuge attractif alors que les taux devraient rester bas et que les gouvernements continuent de creuser leurs déficits.

Même si la FED ne devrait pas recourir aux taux négatifs, Boele fait remarquer que les taux réels négatifs sont déjà une réalité. Ils pourraient même encore plonger davantage sous 0 si les risques d’inflation devaient se matérialiser.

« Tant que l’on s’attend à ce que la FED adopte une forme de contrôle de la courbe des taux, le potentiel de hausse des obligations américaines sera limité », a-t-elle écrit.

Les taux réels vont pousser le métal jaune à la hausse, selon TD Securities

Pour rebondir sur la thématique des taux réels, enchaînons avec l’analyse de TD Securities. La firme estime justement que ce sont ces taux réels qui vont permettre alors de poursuivre sa marche en avant.

« Le métal jaune est déchiré entre ses caractéristiques de valeur refuge, qui poussent les gestionnaires à le vendre lorsque l’appétit pour le risque est présent, et ses caractéristiques d’assurance contre l’inflation, qui poussent d’énormes quantités de capitaux à chercher refuge auprès de l’or. En bout de course, nous pensons que les taux réels vont continuer de pousser les cours de l’or à la hausse alors que les attentes d’inflation et le contrôle artificiel des taux encouragent les investisseurs à se tourner vers le métal jaune », ont écrit les stratégistes matières premières de TD Securities.

En ce qui concerne l’argent, le métal gris dispose du potentiel pour surperformer l’or : « Le métal précieux et industriel qu’est l’argent pourrait surperformer, profitant de l’environnement favorable pour les métaux précieux et de ses caractéristiques industrielles alors que la production est actuellement limitée. » TD Securities estime que la demande d’argent métal sera au moins égale à la production actuelle, si ce n’est supérieure.

Sources : ici et ici