Pourquoi le dollar faiblit alors que les taux grimpent ? Voici l’explication de Deutsche Bank

0
1013
usa dollar

Il s’agit de la question à 5 francs que tout le monde se pose : pourquoi le dollar baisse alors que les taux grimpent ? Serait-ce en raison de la détérioration inscrite dans le marbre de la situation fiscale des États-Unis ? Selon Deutsche Bank, l’explication est simple (source) :

« Tandis que les taux américains grimpent considérablement, comment est-il possible que le dollar soit aussi faible ? La réponse est simple : le dollar ne baisse pas malgré des taux en hausse, mais à cause de cela. Des taux plus élevés signifient que le prix des obligations baisse, ce qui signifie que les investisseurs ne veulent pas les acheter et donc leur prix baisse davantage. Il s’agit d’un changement total de dynamique par rapport aux années précédentes.

La faiblesse du dollar en 2018 trouve son origine dans 2 problèmes majeurs. Tout d’abord, les valorisations des actifs américains sont extrêmement élevées. Que ce soient les actions en termes de ratio cours/bénéfice ou les primes de terme pour les obligations, nous sommes à des plus hauts depuis les années 60. Pour faire court, les prix des obligations et des actions ne peuvent pas continuer de grimper de concert. La fin de cette corrélation est structurellement négative pour le dollar car elle engendre des flux continus vers les marchés obligataires et actions.

Le second problème du dollar est qu’au-delà de la problématique de la valorisation des actifs, les déficits jumeaux des États-Unis (commercial et budgétaire) sont prêts à se creuser dramatiquement dans les années à venir. Non seulement les mesures de stimulation fiscale décidées par le Congrès poussent encore plus vers le bas le prix des obligations américaines, mais le déficit commercial actuel qui doit être lui aussi financé à crédit empirera via les effets multiplicateurs des importations. Lorsqu’une économie proche du plein-emploi est stimulée, la seule façon d’absorber la demande domestique consiste à augmenter les importations. Sur base de prévisions prudentes, le déficit jumeau des États-Unis devrait empirer de plus de 3 % du PIB dans les 2 années à venir. (…)

En conclusion : habituez-vous au dollar faible, car la tendance n’est pas prête de s’arrêter. »