Métaux précieux : le standard or des investissements en cas de crise ?

0
2436
Perth Mint or

Dopé par les taux d’intérêt très bas et les perspectives de récession, l’or a atteint un niveau record en livres sterling. Le Guardian se pose la question suivante : est-il encore intéressant d’investir aujourd’hui ?

Alors que la pandémie de coronavirus ravage les économies aux 4 coins de la planète, que les taux d’intérêt flirtent avec zéro et que les craintes concernant les guerres commerciales ne sont pas dissipées, il y a un actif qui prospère : l’or.

Le métal précieux a enregistré des niveaux records dans plusieurs devises suite au regain d’intérêt des investisseurs, qu’ils soient individuels ou institutionnels. Ils sont à la recherche d’un lieu sûr pour placer leur argent alors que les gouvernements tentent de relancer la machine économique après le déconfinement, et que les perspectives de récession continuent de planer lourdement.

Considéré de longue date comme une « valeur refuge », l’or a vu sa valeur doubler durant la dernière décennie. En livres sterling, il est à un peu plus de 1.400 £, soit un fifrelin en dessous de son record historique enregistré en mai.

« Pourquoi ? Tout simplement parce que l’or se porte bien lorsque tout va mal », a déclaré Adrian Ash, directeur de la recherche de BullionVault. Les investisseurs, qui ne peuvent que constater les taux d’intérêt médiocres offerts par leur banque, doivent-ils acheter de l’or alors que la récession semble inévitable ? Ou sa valeur a-t-elle déjà atteint un pic ?

L’effet de la crise

L’or a tendance à prospérer lorsque les autres actifs chancellent. Au début des années 80, il atteignit un prix record de 367 £ en raison d’une inflation élevée alimentée par l’explosion du prix du pétrole, l’intervention soviétique en Afghanistan et l’impact de la révolution iranienne.

Durant la crise financière, l’inflation, la dette, le dollar et les remous au Moyen-Orient ont poussé l’or en 2011 vers un nouveau record. Et aujourd’hui, tandis que les effets de la pandémie de coronavirus affectent tous les pans de la société, l’augmentation du prix du métal jaune a été alimentée par de gros investisseurs, comme les banques privées.

Les particuliers ont également investi pas mal d’argent dans l’or durant les 6 premiers mois de l’année. La Royal Mint, qui offre plusieurs façons d’acheter de l’or, a vu son chiffre d’affaires tripler durant le premier semestre par rapport à la même période de l’année précédente.

BullionVault a enregistré un nombre record d’inscriptions durant le début du confinement. Le record de 2011 a même été battu.

« Les investisseurs se ruent vers l’or afin de protéger leur portefeuille en cas de mouvements soudains des marchés, susceptibles de faire chuter la valeur de leur patrimoine. L’or est en effet capable de se stabiliser durant les périodes de turbulences », a déclaré Giles Coghlan, responsable de l’analyse devises du courtier HYCM.

« La hausse actuelle s’est produite durant une période intéressante. Les gouvernements tentent d’initier une reprise post-pandémie, mais les cas de coronavirus continuent d’augmenter. C’est pourquoi les investisseurs s’inquiètent quant aux conséquences économiques adverses qui pourraient perdurer sur le long terme. Les banques privées ont conseillé à leurs riches clients d’ajouter de l’or à leur portefeuille. Ce qui suggère que tout le monde n’est pas convaincu que nous sommes désormais dans la phase de redressement. »

La possibilité de trader en ligne via des apps a engendré l’arrivée de nouveaux investisseurs. La clientèle des 25 à 34 ans représente le groupe d’âge qui enregistre la plus grosse croissance du côté de la Royal Mint.

Tout ce qui brille…

Il n’en a pas toujours été de même, bien entendu. Après la crise financière, le cours de l’or a baissé entre 2011 et 2015, pour ensuite repartir à la hausse. « Il peut être volatile, afficher une mauvaise performance durant de longues périodes, a déclaré Darius McDermott, directeur de Chelsea Financial Services. Entre 2011 et 2015, son prix a baissé d’environ 40 % alors que les actions s’appréciaient. »

Il n’y a donc aucune garantie. L’or n’offre pas de rendement sous forme d’intérêts ou de dividendes. Si vous ne le conservez pas chez vous, il y a également des frais de garde ou de location de coffre.

S’il est possible d’acheter de l’or à partir d’un gramme seulement, il est préférable d’investir une somme plus substantielle, par exemple 1.000 €, afin de limiter les frais. Et aujourd’hui, la question est de savoir pour combien de temps l’or va continuer de s’apprécier.

Récession et taux d’intérêt plancher

Lorsque les taux sont bas, l’or a tendance à prospérer, a déclaré McDermott. Et ils semblent bien partis pour rester à des niveaux planchers, au moins pour le futur immédiat. Et si les taux devaient passent en territoire négatif, ce serait encore plus positif pour le métal jaune.

« L’or a prouvé qu’il était l’actif à détenir durant les 3 dernières récessions. En 1990-1991, en 2000 et en 2007-2009, il s’est apprécié, a déclaré Coghlan. À court terme, je pense que la demande pour l’or et les autres métaux précieux va augmenter afin d’offrir une protection contre les incertitudes des marchés. De ce fait, il y a de bonnes raisons pour penser que le cours de l’or va dépasser les 2.000 $ l’once d’ici la fin de l’année. »

À la recherche de la sécurité

La recherche de HYCM suggère qu’en ce moment, la recherche de la sécurité est aussi importante que le désir d’obtenir du rendement.

Selon Coghlan, « il s’agit d’un outil important pour les investisseurs. Cependant, il doit être utilisé avec raison. Il est surtout adapté pour le cours et le moyen terme. Les investisseurs doivent rester attentifs aux marchés afin d’identifier le bon moment pour le vendre. »

Selon McDermott, l’or devrait faire partie de tout portefeuille d’investissement. « De notre côté, les ETF actions minières or sont notre véhicule préféré pour s’exposer au métal. Ils ont tendance à surperformer joliment le cours spot quand celui-ci se porte bien. Notre indice préféré est le Ninety One Global Gold. Il est en hausse de 52 % durant les 12 derniers mois », a-t-il déclaré.

Mais l’or n’attire pas que ceux qui sont à la recherche de la stabilité. En effet, les options pour obtenir du rendement sont désormais réduites.

« L’or n’offre pas de rendement. En fait, il peut même engendrer des frais de garde. Habituellement, les obligations ou un compte d’épargne sont une meilleure option. Mais vu que les taux sont négatifs et que cela ne fait que s’empirer… En laissant votre argent à la banque, vous perdez du pouvoir d’achat. C’est pourquoi l’or est historiquement un actif attractif », a expliqué Ash de BullionVault.

Source