• Ce mercredi, les métaux précieux ont poursuivi sur leur tendance des derniers jours. Mais tandis que l’or a presque achevé la séance à 1.794 $ (+0,8 %), c’est l’argent qui fut la vedette du spectacle avec une hausse de 80 centimes, lui permettant de clôturer à 26,55 $. Il faut néanmoins s’attendre à une correction technique aujourd’hui. Les métaux précieux sont d’ailleurs en baisse en ce moment.
  • Selon Jim Wyckoff de Kitco, le contexte technique des métaux précieux pourrait pousser les spéculateurs à revenir sur le marché, ce qui permettra une poursuite de la tendance à court terme. De plus, il relève que les bears sont en charge du dollar, ce qui représente un vent favorable pour les métaux précieux.
  • Le plus bas de l’or est-il enregistré, sommes-nous désormais dans une nouvelle étape à la hausse d’un marché haussier plus global ? Selon Chris Vermeulen, il est encore prématuré de se prononcer pour le long terme. Les 1.670 dollars ont peu de chances d’être franchis à la baisse. Mais on ne peut pas exclure une correction jusqu’à 1.500 $. Pour les scénarios haussiers, l’or verrait sa moyenne mobile à 50 jours dépasser celle à 200 jours à 1.850 $, ce qui permettrait d’obtenir une « golden cross ». Selon Vermeulen, cette configuration positive pourrait rapidement propulser l’or jusqu’à 1.960 $.
  • Toujours sur une base technique, Commerzbank anticipe la poursuite de la hausse de l’or dans les semaines à venir. Selon les analystes de la banque, la base formée autour de 1.677-1.756 dollars offre une rampe de lancement jusqu’à 1.835 $, qui est leur objectif à court terme. La moyenne mobile à 200 jours (1.857 $) et la ligne de tendance baissière à 1.881 $ devraient fixer les limites du potentiel haussier dans un avenir proche.
  • À ces considérations techniques positives, James Turk relève que les fondamentaux restent excellents pour les métaux précieux. La création monétaire des banques centrales soutient le prix des métaux précieux, l’inflation commence à se faire sentir, notamment via les prix des carburants et de l’alimentation. D’un point de vue technique, Turk met en évidence l’analogie entre la période de la mi-avril à la mi-juin et de ces dernières semaines pour suggérer que la correction de l’or est peut-être terminée :
  • Fred Hickey relève pour sa part que l’or est parvenu à flirter avec les 1.800 $ sans aucune contribution des investisseurs occidentaux. Ceux-ci ont tendance à se positionner en retard. Autrement dit, si les institutionnels devaient revenir sur le marché de l’or, la hausse devrait se poursuivre. Selon Hickey, ils attendraient le franchissement des 1.800 $ pour se positionner.
  • Simultanément à la bonne forme des métaux précieux, Bitcoin fait du surplace. En adoptant le raisonnement de certains, ce serait parce que les gens vendent du Bitcoin pour acheter de l’or. Si ces rotations ont lieu à la marge, il n’y a rien qui établit la prépondérance de ces mouvements sur les prix de 2 actifs respectifs. Clairement, l’or et Bitcoin évoluent jusqu’à présent chacun de leur côté. Parfois, ils grimpent ou baissent de concert, parfois en sens inverse… Vouloir tirer des conclusions de ces mouvements est futile jusqu’à présent.