Récemment encore, la gouverneure de la Banque de Russie, Elvira Nabioullina, indiquait que les achats d’or de son institution étaient en pause pour le moment, et que de nouvelles acquisitions de lingots n’étaient pas au programme. Cependant, le dernier rapport de la BdR montre que ses avoirs en or ont augmenté de 3,1 tonnes au mois de juillet 2021. Certes, on est loin des achats monstrueux de 2014 à 2019. Mais il s’agit des premières acquisitions d’or par la banque de Russie depuis 2020.

Sur le court terme, l’or se stabilise suite à son flash crash du début du mois d’août. Le métal jaune bénéficie des incertitudes économiques et géopolitiques qui planent. Cependant, sa hausse est actuellement entravée par la vigueur du dollar. La demande physique semble également fixer un seuil de prix, les acheteurs ayant été fort actifs lorsque le prix a chuté il y a une vingtaine de jours.

Si on prend désormais une vision à long terme, ce graphique est très intéressant. Proposé par Otavio Costa, il montre les similitudes entre les mouvements de l’or entre 1990 et le début des années 2000 et 2010-2021. Si l’histoire devait se répéter, on assistera à un marché haussier puissant.