La hausse de l’or dope l’activité minière en Afrique de l’Ouest

0
1005
mine afrique

Oubliez le Canada, l’Australie ou l’Afrique du Sud : l’Afrique de l’Ouest est désormais la terre promise des sociétés minières spécialisées dans l’or.

Les producteurs et les prospecteurs investissent de grosses sommes dans la région alors que le cours du métal jaune augmente et que le secteur minier sud-africain ne cesse de fléchir. Si les découvertes d’or sont très rares à l’échelle mondiale, de grands pans de l’Afrique de l’Ouest sont quasi inexplorés. Les filons sont peu profonds, ce qui promet une exploitation relativement facile et bon marché.

Les sociétés minières s’activent dans la corne de l’Afrique

Au moins 2 projets vont démarrer cette année, tandis que 2 autres sont prévues pour 2020. AngloGold Ashanti Ltd est en train d’agrandir et de moderniser sa mine d’Obuasi au Ghana, tandis que le Canadien Iamgold Corp envisage d’exploiter une nouvelle mine au Sénégal.

L’objet de toutes les convoitises est la ceinture birimienne, des roches volcaniques riches en or qui s’étendent des bordures du Sahara jusqu’à la côte atlantique. Si l’Afrique de l’Ouest a une longue tradition de production d’or derrière elle, l’immensité de la région et l’insécurité politique de certaines régions signifient que ses richesses ont été largement inexploitées.

« L’Afrique de l’Ouest a un énorme potentiel, a déclaré Kelvin Dushnisky, CEO du 3e producteur d’or mondial, AngloGold. Notre mine d’Obuasi est un gisement d’or spectaculaire qui sera un moteur de production significatif pour le Ghana et notre société durant de nombreuses années. »

Les 2 grands rivaux d’AngloGold, Barrick Gold et Newmont Goldcorp, ont également des mines dans la région.

Les investissements, surtout dans l’exploration, ont fléchi après la baisse du cours de l’or des plus hauts de 2011 et 2012. La plupart des sociétés minières se sont focalisées sur la réduction de leur dette et la baisse des coûts plutôt que les dépenses. Aujourd’hui, alors que l’or est de retour près des 1500 $ l’once, il y a davantage de marges financières.

La plupart des filons d’or d’Afrique de l’Ouest doivent être découverts et exploités, selon Oumar Toguyeni, vice-président de Iamgold pour la région.

« Si vous cherchez de l’or en Afrique de l’Ouest, il faut prospecter du côté de la ceinture birimienne, a-t-il déclaré. Le potentiel est intact vu que la région est sous-explorée. C’est ici que l’on trouve les dépôts les plus faciles d’accès. »

La menace terroriste

Cela dit, l’Afrique de l’Ouest a également des problèmes, notamment la recrudescence des attaques d’Al-Qaïda et d’insurgés affiliés à l’État islamique, qui menacent l’exploration et l’exploitation.

D’autres problèmes plus conventionnels se posent également. La pénurie de travailleurs qualifiés et le défaut d’infrastructures de base comme l’accès à l’électricité et des routes signifient qu’un projet est plus cher à développer ici, selon Toguyeni. Cela dit, lorsqu’un projet est lancé, il est bien rentable. Par exemple, Gold Fields Ltd produit l’once d’or à environ 950 $ dans sa mine ghanéenne de Tarkwa.