La meilleure raison d’acheter de l’or ? Trump !

0
1936
bombe H Trump

Un dollar faible ne restaurera pas la grandeur de l’Amérique, mais il fera de l’or un superbe investissement en 2018. Si Donald Trump initie vraiment une guerre commerciale et une guerre des devises, le cours de l’or va bondir.

Cela peut sembler paradoxal, mais la politique de « l’Amérique d’abord » de Donald Trump représente un gros problème pour le futur du dollar américain, ainsi qu’une aubaine pour les investisseurs de l’or du monde entier. Dans un contexte de guerre commerciale et de risques géopolitiques en hausse, l’or devient plus attractif en tant que protection de son pouvoir d’achat et d’assurance contre les crises financières. Les actes sont plus forts que les mots. Malgré les déclarations de Trump affirmant qu’il souhaite un dollar fort, les marchés pensent que le président américain et ses conseillers économiques veulent poursuivre la politique d’un dollar faible afin d’augmenter la compétitivité des États-Unis par rapport à la Chine et à l’Europe.

À en juger des actions prises par la Maison Blanche, la doctrine de l’Amérique d’abord requiert un dollar plus faible. Afin de rapatrier les emplois perdus sous Obama et Bush et de relancer l’industrie américaine, Trump doit créer des barrières économiques et administratives aux importations, ainsi qu’obtenir une plus grande part du gâteau du marché mondial pour les entreprises américaines.

Dans un tel contexte, mettre en place des droits de douane punitifs pour les machines à laver coréennes ou les panneaux solaires chinois correspond à essayer d’éteindre un feu de forêt avec un arrosoir. Aucune enquête antidumping ou plainte déposée devant l’OMC contre la Chine ne peut résoudre le problème sous-jacent. À savoir que les délocalisations sont économiquement justifiables tant que les devises de pays comme la Chine, le Mexique, l’Inde et le Japon sont relativement bon marché par rapport au dollar américain. Déclencher une guerre commerciale en bonne et due forme aura des conséquences considérables pour les États-Unis, car les mesures protectionnistes décidées par la Maison Blanche provoqueront inévitablement des mesures de représailles des pays impactés.

Les victimes des mesures protectionnistes de Trump seront tentées de restreindre, voire même d’interdire certaines importations américaines. Ce qui impactera le chiffre d’affaires de sociétés américaines et supprimera des milliers d’emplois bien rémunérés. Trump doit donc sortir une autre carte de sa manche. Une solution évidente consiste à affaiblir le dollar par rapport aux devises des concurrents de l’Amérique. Cela augmenterait le coût des importations tout en rendant ses produits moins chers à l’exportation. C’est pourquoi le secrétaire du Trésor américain Mnuchin a déclaré à Davos « qu’il est clair qu’un dollar plus faible est bon pour nous en ce qui concerne le commerce et les opportunités », tout en ajoutant que la valeur à court terme du dollar « n’est pas du tout un sujet d’inquiétude ».

En bref, afin de restaurer la grandeur de l’Amérique et de gagner la guerre commerciale, Trump doit d’abord remporter la guerre des devises. Ce qui ne sera pas une tâche facile.

Les États-Unis font face au même problème que Ronald Reagan a dû résoudre dans les années 80. Les conservateurs comparent Trump à Reagan, il est donc normal pour le président d’emprunter l’une des recettes du président républicain qui a obtenu les meilleurs résultats. Les accords du Plaza sont l’une des raisons du succès des Reaganomics. Ces accords furent passés entre les gouvernements de la France, de l’Allemagne de l’Ouest, du Japon, des États-Unis et du Royaume-Uni en 1985. Ils se mirent d’accord pour augmenter la valeur du franc français, du yen, du mark et de la livre par rapport au dollar. Cette décision permit de doper les exportations américaines tout en handicapant le secteur industriel de ses alliés.

Reagan disposait de suffisamment d’influence pour imposer à ses alliés ce sacrifice économique au nom de la prospérité américaine. Trump ne dispose pas d’un tel pouvoir sur les leaders de l’Union européenne alors que Macron et Merkel tentent de s’ériger en tant que nouveaux leaders du monde libre en mettant en avant le comportement dangereux et irréfléchi de Trump. Il est hautement probable que Xi Jinping refusera de signer de nouveaux accords du Plaza, refusant ainsi de sacrifier sa stratégie du rêve chinois au prétexte d’apaiser Donald Trump, qui est largement perçu comme un sinophobe en Chine. La seule solution qui s’offre à Trump est donc une dévaluation unilatérale du dollar, tout en essayant d’empêcher les autres pays de s’engager dans une course à la dévaluation.

Si on peut se fier à l’histoire, cette stratégie débouchera inévitablement sur des prix plus élevés pour les matières premières comme le pétrole, l’aluminium et les métaux précieux que sont l’or et l’argent, ou encore le platine. Le métal jaune est l’assurance parfaite contre la dévaluation du dollar. C’est pourquoi l’adoubement de la politique du dollar faible par Mnuchin a immédiatement déclenché un petit bond du cours de l’or. Donald Trump a tenté de recoller les morceaux en affirmant que les déclarations de Mnuchin avaient été mal interprétées, mais le marché de l’or ne l’a pas entendu de cette oreille.

Ironiquement, la politique du dollar faible de Trump est un cadeau pour Vladimir Poutine et la Banque centrale de Russie. Il est bien connu que la Banque centrale russe achète énormément d’or. Les derniers chiffres indiquent que la Russie a ajouté 300.000 onces (9,3 t) de métal à ses réserves en décembre, pour atteindre un stock record de 59 millions d’onces. D’après les calculs de Russia Today, la Banque centrale de Russie a acheté plus de 558 tonnes d’or depuis 2015. Les réserves d’or américaines, quant à elle, ne font pas l’objet d’un véritable audit. Les journalistes et les membres du Congrès ne peuvent pas les inspecter. La seule preuve de leur existence est une photo de Steven Mnuchin tenant dans ses mains un seul lingot. En revanche, les journalistes russes ont pu récemment visiter les coffres secrets de la Banque centrale de Russie, visite qui a permis d’inonder les médias de photos de milliers de lingots d’or.

Les réserves d’or de la Russie accumulée sous Vladimir Poutine sont manifestement véritables. Si les États-Unis décident de dévaluer radicalement le dollar, leur valeur explosera.

Donald Trump a déclaré qu’il voulait à terme « un dollar fort ». Cependant, la dévaluation d’une monnaie est souvent une voie à sens unique. Le futur évoqué par Trump pourrait donc bien ne jamais se matérialiser. Il est également bien connu qu’il n’y a rien de plus permanent qu’une solution temporaire. La politique passagère du dollar faible pourrait ne pas être aussi passagère que cela. Dans ce cas, le meilleur conseil que l’on peut donner à ceux qui souhaitent survivre à la guerre des monnaies est d’acheter de l’or.

Article d’Ivan Danilov, publié le 30 janvier 2018 sur sputniknews.com