Les cryptomonnaies, nouvelle accélération de la tendance de la décentralisation

0
793
cryptos

Le terme « cryptomonnaie » est trompeur. Bitcoin avait pour objectif d’endosser un rôle monétaire, mais aujourd’hui la plupart des cryptos sont plutôt des « jetons » permettant de faciliter un nouveau type d’économie, plus ouverte et transparente. Dans cet article, Frank Holmes explique que le complexe des cryptodevises est la dernière impulsion de la tendance à la décentralisation :

« De nombreux termes sont utilisés pour définir le phénomène : l’économie partagée. L’économie peer-to-peer. L’économie collaboratrice. Toutes ces idées ont un dénominateur commun : la décentralisation. Les applications qui résident sur la chaîne de blocs, comme Bitcoin et d’autres cryptodevises, sont simplement les dernières tendances d’un mouvement global menant vers un nouveau paradigme économique.

Si le concept de décentralisation n’est pas clair pour vous, voici quelques exemples :

  • Airbnb, plus gros acteur de la location de vacances, ne possède aucun logement ;
  • Alibaba, le plus gros marchand du monde, n’a aucun stock ;
  • Bitcoin, la plus grosse banque du monde, n’a aucun dépôt ;
  • Facebook, le média le plus populaire, ne crée aucun contenu ;
  • Uber, la plus grosse société de taxi du monde, ne possède aucun véhicule.

C’est cela, l’économie partagée. Ce modèle économique est en train de s’imposer grâce à Internet, et aux sociétés citées ci-dessus qui le mettent en œuvre. Même si ces sociétés ont un siège et un PDG comme les entreprises traditionnelles, leurs actifs sont décentralisés et largement distribués. (…)

La chaîne de blocs est la continuation logique de cette tendance. (…) Nous ne sommes qu’aux prémices de ce nouveau paradigme, mais les attentes sont déjà élevées. MasterCard pense que l’économie partagée va inévitablement se propager au-delà des réseaux sociaux et de la location de vacances pour atteindre de nouveaux secteurs tels que l’assurance, l’énergie, l’eau, la santé et les services sociaux. UBS estime que d’ici 2027, la chaîne de blocs pourrait créer pour 300 à 400 milliards de valeur économique à l’échelle mondiale. Il est indubitable que quelque chose de très intéressant est en train de se passer. »