Le cours spot de l’argent a bondi jusqu’à 28,32 $ l’once en août 2020, pour enregistrer sa meilleure performance en 7 ans. Et bien que le prix ait reculé à l’automne dernier, il a terminé l’année en hausse de 47 % pour faire 2 fois mieux que l’or. Depuis mars, le métal blanc se négocie dans une fourchette assez étroite entre 26 $ et 28 $.

Cependant, les perspectives de l’argent sont extrêmement positives en raison d’une combinaison de puissants moteurs de la demande monétaire et industrielle. Selon le World Silver Survey 2021, réalisé par le Silver Institute, la demande mondiale d’argent cette année devrait dépasser l’offre de 7 % (+ 8 % de l’offre contre + 15 % de la demande).

La demande mondiale sera alimentée par des investissements dans de l’argent physique industriel, et de qualité supérieure, en raison de la reprise économique après la pandémie, ainsi que par des achats de pièces et de lingots sains. Le Silver Institute s’attend donc à ce que le prix de l’argent progresse de 33 % en 2021.

En fait, nous pouvons établir un scénario encore plus positif sur l’argent en analysant l’offre et la demande. Ce faisant, nous n’avons pas peur de prédire le pic de la production d’argent.

Pic de l’argent

Le concept de pic de production devrait être connu par la plupart des lecteurs et des investisseurs. Il se réfère au moment où la production n’augmente plus, année après année. Il atteint un sommet, puis diminue.

Remarquez que nous n’avons pas dit « pic d’argent ». Chez AOTH, nous faisons la différence entre l’offre totale d’argent, qui mélange argent recyclé et extrait des mines, et la production minière seule.

Pour calculer la situation réelle de la demande d’argent par rapport à l’offre, nous ne comptons pas le recyclage de l’argent (la majorité de l’argent recyclé est de qualité industrielle). Ce que nous voulons savoir, et tout ce qui nous importe vraiment, c’est si l’offre annuelle d’argent extrait des mines répond à la demande annuelle d’argent. Ce n’est pas le cas !

Voici de quoi l’illustrer : en 2020, la production d’argent des mines a le plus chuté en une décennie, en raison d’un certain nombre de fermetures de mines liées au coronavirus en Amérique latine, où la majorité de l’argent est produit. Elle a chuté de 5,9 % à 784,4 millions d’onces, selon le World Silver Survey 2021.

Cependant, en raison de la hausse des prix de l’argent au second semestre, le recyclage mondial de l’argent a augmenté de 7 %, atteignant un sommet de 7 ans de 182,1 Moz. Le recyclage de l’argent utilisé à des fins industrielles a également augmenté l’an dernier. Nous obtenons donc un approvisionnement total en argent de 966,5 Moz en 2020.

Et la demande ? Selon le World Silver Survey, après avoir augmenté pendant 2 ans, la demande d’argent s’est affaiblie de 10 % en 2020, la plupart des pertes étant attribuées à une baisse de la demande industrielle, conséquence de la pandémie.

La demande industrielle a chuté à son plus bas niveau en 5 ans en 2020, propulsant la demande totale d’argent à 896,1 Moz. Il n’y a donc pas de pic de l’argent ? La demande de 896,1 Moz est plus que satisfaite par l’offre de 966,5 Moz.

Cependant, lorsque nous supprimons le recyclage de l’équation (182,1 Moz), nous obtenons un résultat complètement différent. 896,1Moz de demande moins 784,4 Moz d’offre donne un déficit de 111,7 Moz.

C’est important, car cela nous montre que même si la demande industrielle d’argent, qui représente environ 60 % de la consommation, a été pointée du doigt l’année dernière en raison de la pandémie, la demande totale, industrielle et d’investissement, fut supérieure à l’offre minière (qui fut certes mauvaise en raison des fermetures de mines) d’environ 100 Moz. Ce n’est qu’en recyclant 182,1 Moz que la demande d’argent put être satisfaite en 2020.

C’est notre définition du pic de la production d’argent. L’industrie minière sera-t-elle en mesure de produire ou de découvrir suffisamment d’argent pour répondre à la demande sans devoir recycler ? Si les chiffres reflétaient cela, le pic de l’argent produit serait démystifié. Cela ne s’est pas produit en 2020, et selon le Silver Institute, cela ne se produira pas non plus en 2021.

image-20210525164107-3

Encore une fois, examinons les chiffres. Avec le retour de la production des mines d’argent à pleine capacité, le Silver Institute prévoit que la production rebondira par rapport au creux de l’année dernière, augmentant de 8,2 % à 848,5 Moz. La plus forte augmentation proviendra des pays les plus touchés par la pandémie, comme le Mexique, le Pérou et la Bolivie.

Le Silver Institute prédit que l’offre totale augmentera de 8 % à 1.056,3 Moz, mais encore une fois, cela inclut le recyclage. En retirant les 196,2 Moz du recyclage de l’équation, nous avons l’offre de la production minière qui s’élève 848,5 Moz par rapport à la prévision de la demande 2021 du Silver Institute de 1.154,3 Moz. Cela nous laisse avec un autre déficit, supérieur à celui de 2020, de 305,8 Moz.

Une demande féroce

En fait, le chiffre de la demande du Silver Institute est assez conservateur. Nous nous attendons à ce qu’il soit beaucoup plus élevé, étant donné que la politique monétaire accommodante de la Réserve fédérale américaine et des autres banques centrales est susceptible de se poursuivre, ce qui maintient les rendements obligataires / taux d’intérêt bas, entraînant une forte adoption des métaux précieux. Et les nombreuses applications industrielles de l’argent, issues de la conductivité élevée de l’argent, semblent croître à pas de géant, en particulier celles relatives aux technologies « vertes » et à la 5G.

image-20210525164107-4

Alors que le déploiement des vaccins aux États-Unis se poursuit et que de plus en plus de secteurs de l’économie s’ouvrent, la demande accrue pour les produits manufacturés, y compris les cellules solaires et l’électronique, sera forcément une aubaine pour l’argent. D’autant plus que des réouvertures et des inoculations se produisent dans la plupart des économies développées.

Demande d’argent pour le solaire

De plus en plus d’argent est acheté pour être utilisé dans les cellules solaires photovoltaïques (PV), alors que les pays s’orientent vers l’adoption de sources d’énergie renouvelable.

En tant que métal ayant la conductivité électrique et thermique la plus élevée, l’argent est parfaitement adapté aux panneaux solaires. Les pâtes d’argent à l’intérieur des cellules solaires assurent le déplacement des électrons vers le stockage ou vers la consommation, selon les besoins.

Environ 20 grammes d’argent sont nécessaires pour construire un panneau solaire. Bien qu’il existe des innovations visant à réduire la quantité d’argent utilisée dans les cellules solaires, cette pratique visant à faire des économies a ses limites. Les matériaux de substitution tels que le cuivre et l’aluminium ont du mal à rivaliser. Les panneaux solaires sans argent ont tendance à être moins fiables et à avoir une durée de vie plus courte.

image-20210525164107-5

Selon CRU, un cabinet de conseil en métaux, le taux de réduction de l’argent a considérablement ralenti depuis 2016, le prix de l’argent ayant chuté. Les analystes de BMO, cités par Northern Miner l’an dernier, prévoient que plus de 500 gigawatts (GW) de nouvelles capacités solaires seront ajoutés à l’échelle mondiale d’ici 2025.

Aux États-Unis, la demande d’énergie solaire devrait augmenter lorsque le plan d’infrastructure de 2,3 billions de dollars de l’administration Biden (maintenant réduit à 1,7 billion de dollars pour essayer d’obtenir le soutien des républicains), comprenant plusieurs composantes de dépenses pour les énergies propres, sera adopté par le Congrès. Le président Biden veut installer 500 millions de panneaux solaires au cours des 5 prochaines années. Goldman Sachs estime que les installations solaires augmenteront de 50 % de 2019 à 2023. La pénétration de l’énergie solaire devrait également progresser à l’étranger, en particulier en Chine, alors que les gouvernements s’engagent davantage dans la décarbonisation.

5G

La technologie 5G est en passe de devenir un autre grand nouveau moteur de la demande d’argent. Parmi les composants 5G nécessitant de l’argent, il y a les puces à semi-conducteurs, le câblage, les systèmes microélectromécaniques (MEMS) et les appareils compatibles avec l’Internet des objets (IoT).

Le Silver Institute s’attend à ce que l’argent demandé par la 5G double, passant d’environ 7,5 Moz à environ 16 Moz d’ici 2025, et jusqu’à 23 Moz d’ici 2030, ce qui représenterait une augmentation de 206 % par rapport aux niveaux actuels.

La taux de pénétration croissant de la technologie 5G dans l’électronique grand public devrait entraîner une augmentation de 7 % de la demande par rapport aux niveaux de 2020 pour la porter jusqu’à 300 Moz, soit plus du double de la consommation d’argent nécessaire à l’industrie de l’énergie solaire.

image-20210525164107-6

Bien que le président Biden n’ait encore pris aucune mesure pour construire le réseau 5G américain, il a mentionné ce dossier pendant sa campagne et il est prévu que tout plan d’infrastructure proposé inclura la 5G. D’autant plus que cela signifie rester compétitif avec la Chine.

La 5G présente de nombreux avantages par rapport à la technologie 4G actuelle. Selon un rapport intitulé « Le rôle de l’argent dans un futur monde connecté à la 5G » cité l’année dernière par Metal Tech News, « la 5G n’est pas seulement une amélioration par rapport à la 4G — c’est la prochaine évolution majeure de la technologie de la communication mobile avec des améliorations de performance décuplées par rapport aux réseaux actuels ».

Les progrès incluent :

  • Des vitesses de téléchargement considérablement améliorées (le téléchargement d’un film de 2 heures prend moins de cinq secondes en 5G, contre six minutes en 4G) ;
  • Une meilleure latence plus rapide, se référant au temps de réponse aux commandes ;
  • Facilitation des technologies actuelles et futures telles que la robotique, la conduite autonome et la réalité virtuelle.

« La 5G sera le ciment d’un écosystème de connectivité amélioré entre toutes sortes d’appareils, et en tant que tel, on s’attend à ce que les appareils connectés, tels que l’IoT, augmentent considérablement au cours des 5 prochaines années. L’argent profitera de cette évolution », prédit le rapport.

Automobile

L’industrie automobile est un troisième moteur majeur de la demande industrielle pour l’argent. Un rapport récent du Silver Institute indique que les véhicules électriques à batterie contiennent jusqu’à deux fois plus d’argent que les véhicules à moteur. Les véhicules autonomes en nécessitent encore plus en raison de leur complexité. Les points de recharge et les bornes de recharge devraient également exiger beaucoup plus d’argent métal.

Comme pour l’énergie solaire, l’accent mis par l’administration Biden sur les véhicules électriques devrait être une aubaine pour l’argent. Le président s’est fixé comme objectif de convertir la flotte de voitures et de camions du gouvernement aux véhicules électriques assemblés aux États-Unis, dont environ un tiers est utilisé par le service postal américain.

argent dans l'auto

Également dans son plan d’énergie propre, nous avons un engagement à construire 500.000 bornes de recharge d’ici 2030 et des remises pour remplacer les vieux véhicules par des modèles électriques fabriqués aux États-Unis. Au moins 15 pays ont annoncé des délais pour interdire les nouvelles ventes de véhicules à essence ou diesel.

Selon le Silver Institure, l’utilisation de l’argent sur le marché automobile connaîtra un fort rebond en 2021, à un peu plus de 60 Moz. Il a estimé que la demande d’argent du secteur atteindra 88 Moz dans cinq ans, alors que la transition des voitures et camions traditionnels aux véhicules électriques s’accélère. D’autres estiment que d’ici 2040, les véhicules électriques pourraient accaparer près de la moitié de l’offre annuelle d’argent.

Circuits imprimés et flexibles

Enfin, la demande d’argent pour « les circuits imprimés et flexibles » devrait augmenter de 54 % au cours des 9 prochaines années, passant de 48 Moz en 2021 à 74 Moz en 2030, soit une consommation de 615 Moz pendant cette période.

Un récent communiqué de presse du Silver Institute les décrit comme des éléments indispensables pour une variété de produits électroniques, y compris des capteurs qui mesurent tout, de la température à la pression en passant par l’humidité. Ils sont également utilisés dans les appareils médicaux, les téléphones portables, les écrans d’appareils et l’électronique grand public.

image-20210525164107-7

Le secteur génère environ 57 milliards de dollars par an en revenus annuels et devrait croître de 11,1 % jusqu’en 2025.
Le Silver Institute note que les fabricants intègrent des composants électroniques imprimés et flexibles dans leurs appareils et produits car ils sont flexibles, personnalisables, innovants et portables. Étant donné que beaucoup de ces composants électroniques peuvent être traités sur un substrat roll-to-roll ou sur une grande surface, leur coût et leur fabricabilité rendent ces technologies extrêmement attractives. Par exemple, l’électronique imprimée et flexible est de plus en plus utilisée dans les étiquettes et les emballages pour les produits de détail et les opérations logistiques en entrepôt. Ils sont vitaux pour les bâtiments intelligents qui reposent sur des systèmes entièrement intégrés qui partagent des informations essentielles à l’aide de capteurs connectés à Internet.

Conclusion

Compte tenu de tout ce que nous avons dit, la demande industrielle d’argent devrait atteindre un sommet de 8 ans à 524 Moz en 2021. Il nous semble clair, compte tenu de cette analyse relativement brève, que le rôle de l’argent est en train de changer. Autrefois considéré comme le vilain demi-frère de l’or, pour preuve son surnom d’ « or du pauvre » pour son prix abordable, ou de « métal du diable » pour sa volatilité, l’argent fait peau neuve en tant que métal vert.

Meilleur conducteur de tous les métaux, l’argent est idéal pour une utilisation dans les panneaux solaires, la 5G et les applications automobiles, y compris les véhicules électriques qui utilisent jusqu’à deux fois plus d’argent que les véhicules ordinaires. Le besoin d’argent pour ces trois applications augmente.

Les États-Unis, le Canada et d’autres pays qui se sont engagés à réduire les émissions de carbone vont avoir besoin de plus d’argent, pour les véhicules électriques, les bornes de recharge, la 5G et pour les câbles reliant les nouvelles éoliennes et les parcs solaires au réseau.

Sprott Insights reconnaît le problème, tout comme nous : l’offre est limitée. Dans la première partie de l’article, nous avons montré que nous avons déjà atteint le pic d’argent extrait. Les mines d’argent ne produisent actuellement pas assez d’argent pour répondre à la demande sans recyclage.

Source