Le ton de la FED change alors que les risques s’accumulent

0
803
Fed

Les responsables de la Federal Reserve devraient à nouveau remonter les taux cette semaine pour ensuite ralentir le processus de relèvement du loyer de l’argent en 2019 alors que les risques qui menacent l’économie américaine s’accumulent, d’après le dernier sondage de Bloomberg.

Le panel d’économistes interrogés anticipe une hausse de 0,25 % à l’occasion de la réunion des 18 et 19 décembre, ainsi que l’annonce d’un ralentissement du rythme l’année prochaine, soit à 2 hausses programmées en mars et en septembre au lieu de 3, comme anticipé auparavant. Le panel s’attend en revanche à une hausse supplémentaire à la mi-2020, lorsque le cycle de normalisation atteindrait l’objectif fixé de 3-3,25 %.

Ces anticipations moins agressives reflètent le ton plus prudent adopté ces dernières semaines par les responsables de la FED, et notamment le président Powell, le tout sur fond de nervosité sur les marchés financiers. Depuis la fin du mois de septembre, le S&P 500 a plongé de plus de 9 %.

« Il y a encore un potentiel haussier, mais il y a une kyrielle de facteurs qui pourraient ralentir l’économie, ou qui menacent de le faire », a déclaré Scott Brown, économiste en chef de Raymond James. Les investisseurs estiment qu’il y a 70 % de chances pour que l’on assiste à un relèvement du taux directeur cette semaine. (…)

Plus de la moitié des économistes interrogés affirment que les risques, posés par la croissance et l’inflation, menacent de faire basculer la situation. En septembre, ils n’étaient que 16 % à émettre cette opinion. Depuis décembre 2017, cet optimisme était majoritaire dans tous les sondages trimestriels de Bloomberg.

Malgré ce renversement de sentiment, les économistes ne s’attendaient tout de même pas un tel revirement de posture de la FED dans ses communiqués d’après-réunion. Ils étaient environ 2/3 à penser que la FED se tiendrait à son discours quand elle disait que « les risques à court terme concernant les perspectives économiques semblent plus ou moins équilibrés ». (…)

« Du point de vue de la communication, la FED ne veut pas sembler trop optimiste », a déclaré Gregory Daco, économiste en chef d’Oxford Economics à New York. « Le changement auquel nous avons assisté durant ces 10 derniers jours est suffisant », a-t-il déclaré, en faisant référence au discours prononcé par Powell et le vice-président Clarida. (…)

Source : Bloomberg