Les émissions obligataires US responsables du problème de liquidités, selon la Fed de Dallas

0
868
usa dollar

Robert Kaplan, président de la Federal Reserve Bank of Dallas, a déclaré que la hausse des émissions d’obligations américaines de septembre fut la cause principale de la crise des liquidités qui a affecté les marchés monétaires américains. C’est Reuters qui a rapporté cette révélation, d’un discours de Kaplan prononcé devant le Commonwealth Club of San Francisco :

« Ce vendredi, le président de la Federal Reserve Bank of Dallas, Robert Kaplan, a remis sur le compte des emprunts fédéraux visant à couvrir les déficits les soucis de liquidités sur les marchés des capitaux à très court terme. Pour s’attaquer à ces problèmes, la FED a annoncé un nouveau programme d’achats de T-bills.

« L’augmentation dramatique des émissions du Trésor accapare la liquidité du système, a-t-il déclaré. Je pense que ce motif est en haut de la liste des raisons qui expliquent pourquoi nous avons besoin de davantage de liquidités. » Selon lui, l’une des autres raisons se trouve du côté du durcissement des règles prudentielles, qui ont forcé les banques à détenir davantage de réserves.

Selon Kaplan, ces soucis de liquidités ne sont pas le signe d’un problème plus grave. Les actions prises par la FED sont d’ordre technique, indépendantes des politiques monétaires. »

Vendredi, la FED a également annoncé qu’elle achèterait pour au moins 60 milliards d’obligations à court terme par mois jusqu’au second trimestre de 2020. Cette décision est la conséquence d’une réunion inopinée qui avait pour objectif de répondre à la crise des liquidités qui se développait.

ZeroHedge n’est pas d’accord avec l’analyse de Kaplan. Selon le média financier, ces achats de T-bills cachent bien un problème plus grave :

« Le fait que cette annonce ait lieu après la clôture du trimestre, après que la FED ait déjà annoncé un généreux programme de repos, confirme à quel point la FED prend au sérieux ces marchés des capitaux qui ont cessé de fonctionner à la mi-septembre. Il s’agit de la preuve, malgré ce que certains banquiers centraux ont affirmé la semaine dernière, qu’il s’agit bien plus que d’une petite opération de dépannage. »

Selon ZeroHedge, tout ceci nous donne dans les faits le retour d’un QE aux États-Unis.

Source