Vous vous rappelez peut-être qu’il y a quelques années, Stewart Thomson prédisait que le marché de l’or indien allait être dopé par la popularité grandissante de l’or numérique. Cet article de Mint montre qu’il pourrait bien avoir vu juste, même si le cadre légal reste insuffisamment développé pour permettre déjà un véritable envol.

« La chaîne de bijouteries Tanishq, qui a récemment lancé des produits en or numérique, s’attend à ce que les jeunes acheteurs se laissent séduire par ses offres au cours de la prochaine saison des fêtes.

Tanishq Digital Gold s’est associé à Digital Gold India Pvt. Ltd (DGIPL) pour permettre aux consommateurs d’acheter, de vendre ou de convertir en bijoux de l’or physique via la plateforme SafeGold de ce dernier.

L’or numérique est un outil qui permet aux consommateurs d’investir dans le métal jaune sous sa forme digitale. Tanishq a mené un projet pilote pendant quelques mois avant de lancer ses produits or numérique.

Ajoy Chawla, directeur général de la division bijouterie Titan Co. Ltd, a déclaré que les jeunes clients souhaitent acheter de l’or dans le cadre de leur portefeuille d’investissement et se constituer une classe d’actifs qui pourra être facilement vendue ou transformée à l’avenir.

« C’est parfois pour épargner, parfois pour une future transformation en bijoux. C’est une excellente occasion d’attirer un tout nouveau segment de clientèle chez Tanishq », a-t-il expliqué.

Tanishq est le premier grand détaillant de bijoux en Inde à proposer de l’or numérique. Depuis le lancement du produit fin avril, près de 70 % des 1.000 à 2.000 clients qui se sont inscrits sur la plateforme chaque mois étaient des nouveaux clients de la marque, a précisé Chawla.

« Nous prévoyons maintenant de commencer à développer notre offre via des campagnes publicitaires sur Internet, en informant les gens, en faisant du buzz au fur et à mesure que nous avançons dans la saison, lorsque de nombreux achats d’or commenceront à se produire en octobre. Une fois que la base de clients sera constituée de manière adéquate, nous nous concentrerons alors davantage sur la façon de vendre ou transformer cet or », a-t-il ajouté.

L’or, l’un des actifs préférés des classes moyennes indiennes

L’Inde fait partie des principaux consommateurs d’or dans le monde. Le métal jaune a toujours été une des classes d’actif favorites des ménages à revenu moyen.

L’or numérique a également connu une augmentation de sa demande lors du confinement national de l’année dernière. Le fait que l’or numérique puisse être acheté en petite quantité le rend attrayant pour les investisseurs. Par exemple, Tanishq permet aux consommateurs d’acheter de l’or numérique à partir de seulement un euro (100 roupies).

En Inde, les produits de type or numérique sont proposés par des vendeurs et des raffineurs via diverses plateformes. Les portefeuilles de paiement comme Paytm et Amazon Pay, ainsi que les plateformes d’investissement Kuvera et Groww, offrent de l’or numérique. Mis à part ces acteurs, il y a aussi :

  • Augmont Gold
  • MMTC-PAMP Inde Pvt. Ltd (une coentreprise entre la société d’État MMTC Ltd et la société suisse MKS PAMP)
  • DGIPL

Le Securities and Exchange Board of India, cependant, a interdit aux maisons de courtage de vendre de l’or numérique.

Sur son site, Tanishq décrit son produit d’or numérique comme n’étant ni un produit financier, ni un dépôt, mais une « méthode d’achat d’or à des fins personnelles ». Si les clients choisissent de convertir leur or en bijoux dans un magasin Tanishq, le détaillant appliquera des frais au moment de la conversion.

« Au fur et à mesure que les clients achètent de l’or numérique, une partie de ce métal peut être purement acquise électroniquement à des fins d’investissement. Mais une grande partie sert en réalité à prendre livraison ou à le convertir en bijoux », a-t-il déclaré.

À ce jour, la vente d’or numérique en Inde manque cependant de réglementation.

Chawla a expliqué que sa société est favorable à la réglementation du produit. « Nous accueillons favorablement la réglementation, car lorsqu’elle existe, il n’y a aucune confusion quant à savoir si le client a payé, s’il y a de l’or physique disponible, est-il disponible dans un coffre-fort, le métal fait-il objet d’audits, etc. », a-t-il précisé. »