Les métaux précieux ont connu une journée extrêmement mouvementée ce vendredi. L’or et l’argent ont plongé respectivement jusqu’à 4 et 10 % environ. La hausse des taux obligataires et du dollar furent les raisons principales derrière cette chute du prix des métaux précieux, selon les analystes interrogés par Kitco.

Une semaine mouvementée pour les métaux précieux

En cours de session, l’or a perdu jusqu’à 80 $. Au moment de la rédaction de cet article vendredi, le rendement des bons du Trésor sur 10 ans était supérieur à 1,1 %. Malgré cette baisse importante, la correction pourrait se poursuivre, d’après certains analystes.

« Actuellement, la hausse des taux obligataires américains a engendré de la demande pour le dollar, ce qui a provoqué la baisse du cours de l’or, a déclaré Edward Moya, analyste senior d’Oanda. Il y a trop d’institutionnels qui se désintéressent de l’or. Les craintes de voir les stocks des ETF chuter en raison d’un président Biden qui sera plus efficace pour combattre le coronavirus sont grandes. L’or fait face à des ventes techniques intenses. »

Selon Moya, nous pourrions assister à des mouvements quotidiens à 100 $ dans les jours qui viennent. Selon lui, il faut observer avec attention le dollar.

La baisse du billet vert était l’un des paris où il y avait le plus d’encombrement. En effet, cela faisait environ une décennie que les investisseurs n’étaient plus aussi pessimistes pour le dollar. « Il y avait un consensus à Wall Street affirmant que la faiblesse du dollar allait perdurer en raison d’une FED qui serait la dernière à relever son taux directeur. Mais cela n’a fait qu’engendrer un surpositionnement des investisseurs. Nous assistons au rebond du dollar, ce qui engendre mécaniquement des ventes d’or », a déclaré Moya.

Cela dit, les perspectives économiques restent très incertaines. Les États-Unis ont récemment rapporté 140.000 pertes d’emplois en décembre en raison du durcissement des confinements et de décès records dus au coronavirus.

« Il y a 2 raisons actuellement qui engendrent ses ventes d’or. À savoir la hausse des taux obligataires et les difficultés économiques. Cela provoque des liquidations, une migration vers le cash, a expliqué Peter Hug de Kitco. Les chiffres de l’emploi américain de vendredi suggèrent également que l’économie américaine pourrait éprouver des problèmes durant le T1 2021. »

Hug a précisé : « La réaction habituelle des marchés en cas de mauvaises nouvelles économiques est une migration vers le cash ».

La concurrence des cryptos

De plus en plus d’analystes s’accordent à dire que Bitcoin détourne l’attention de l’or. Une partie de l’argent qui aurait été investi dans le métal jaune prendrait la direction de Bitcoin. À titre de comparaison, l’or a perdu 125 $ cette semaine, alors que Bitcoin s’est apprécié de 10.000 $ (note : 2 jours plus tard, BTC corrigeait de près de 10.000 $…).

Cependant, si l’attrait des cryptos va continuer de faire du tort à l’or à court terme, la bulle de Bitcoin finira par éclater, selon Moya. « La recherche d’une assurance contre l’inflation devrait favoriser un cours de l’or bien plus élevé », a-t-il ajouté. De nombreux analystes abondent dans le même sens. Le potentiel haussier de l’or pour cette année reste intact, selon eux.

« Si on se projette plus loin, le Sénat démocrate devrait alimenter la poursuite de la baisse du dollar, ce qui devrait soutenir les matières premières et particulièrement les métaux précieux. Les vents favorables pour une reprise et la croissance massive de la masse monétaire devraient se traduire en une hausse importante du prix du métal jaune », ont écrit les stratégistes de TD Securities.

Que se passera-t-il si l’or passe en dessous de 1.800 $ ?

La ligne rouge pour l’or est à 1.770 $, soit le plus bas de novembre, selon Moya.

« J’aimerais voir l’or tenir la barre des 1.850 $. Tout le monde aura les yeux rivés sur le plus bas de novembre. Le cours avait baissé jusqu’à environ 1.770 $. Je serais étonné si les 1.800 $ ne devaient pas tenir. Les prix vont finir par se stabiliser », a-t-il déclaré.

Selon Lusk, on a connu un excellent support à 1.850 $ en décembre. Le même phénomène pourrait avoir lieu en janvier. Selon lui, la plupart des ventes récentes d’or furent d’ordre technique. En cas de clôture en dessous de 1.828 $, le métal devrait baisser jusqu’à 1.800 $.

Les événements à observer cette semaine

Les chiffres économiques américains suivants seront les plus importants de la semaine :

  • Mercredi : inflation ;
  • Jeudi : inscriptions au chômage et PPI ;
  • Vendredi : ventes de détail.

« Les ventes de détail ont fortement chuté en novembre. On s’attend à nouveau à des chiffres mollassons en décembre, surtout en raison du confinement décrété en Californie, l’État le plus peuplé des USA. Les données de mobilité de Google suggèrent une modération du trafic dans les magasins et les zones récréatives. En raison de cette baisse de mouvement, il se peut que les gens aient acheté moins de cadeaux », a indiqué l’économiste en chef international d’ING, James Knightley.

Jérôme Powell, le président de la FED, s’exprimera ce jeudi à l’occasion d’un événement virtuel organisé par le Bendheim Center for Finance de l’université de Princeton.

« Il y aura beaucoup de déclarations de responsables de la FED cette semaine. Avec un bon du Trésor sur 10 ans à 1,1 %, la Banque centrale américaine pourrait s’alarmer. Ils veulent une courbe des taux avec des écarts plus importants, mais pas à l’occasion d’un mouvement soudain. La FED pourrait évoquer davantage le contrôle de la courbe des taux. Le déficit enfle, ils ne peuvent pas se permettre de voir les taux s’envoler de trop. Cela serait problématique », a déclaré Moya.