L’or reste l’un des actifs préférés de Goldman Sachs

0
904
Perth Mint or

Ce mercredi, les contrats à terme sur l’or ont enregistré une seconde clôture au-delà des 1.700 $. Les traders ont fait peser sur le cours de l’or les perspectives de croissance économique incertaines et la possibilité de voir apparaître les taux négatifs aux États-Unis.

Alors qu’il s’exprimait mercredi dans un webcast organisé par le Peterson Institute for International Economics, le président de la FED Powell a déclaré que les perspectives économiques sont « à la fois très incertaines et sujettes à un risque significatif de dégradation ». Il n’en a pas moins précisé que son institution n’envisage pas les taux négatifs en tant qu’arme de son arsenal. Les avantages d’une telle politique monétaire ne sont pas clairs, selon lui.

Ce mardi, le président Trump s’est positionné en faveur des taux négatifs sur Twitter.

« Il s’agit d’une information très intéressante pour les traders dans les métaux précieux, vu que l’inconvénient de l’or est qu’il n’offre pas de rendement aux investisseurs, a expliqué Jim Wyckoff, analyste senior de Kitco.com dans sa note quotidienne. Des taux d’intérêt nuls ou négatifs élimineraient le coût d’opportunité associé à la possession de métaux précieux », a-t-il ajouté.

Les cours de l’or ont également été dopés par la publication de statistiques indiquant que les prix de gros ont baissé de 1,3 % en avril aux États-Unis. Il s’agit de la plus grosse baisse de l’histoire de ce chiffre. Elle a été provoquée par la chute de la demande en raison de la pandémie de coronavirus.

« L’or continue d’évoluer très fermement autour des 1.700 $. La recherche de la sécurité et la baisse des rendements obligataires américains devraient empêcher le métal jaune de passer en dessous des 1.700 $. Cependant, à ces niveaux, les investisseurs ne restent pas convaincus du rôle d’assurance de l’or en cas de nouvelles ventes paniquées des actifs risqués », a écrit Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote, dans une note.

« Cela dit, en cas de gros problèmes sur la Bourse, nous sommes convaincus que l’or pourrait bondir jusqu’à 1.800 $ sans beaucoup tergiverser », a-t-il ajouté.

Source

L’or reste la matière première préférée de Goldman Sachs

Le responsable de la recherche matières premières de Goldman Sachs, Jeff Currie, a répété à Bloomberg que l’or reste sa matière première préférée, notamment en raison des grandes incertitudes qui planent sur l’impact à long terme de la pandémie sur l’économie.

Dans son interview, Currie a déclaré qu’il s’agit de la matière première à acheter cette année. Parmi les autres raisons citées pour privilégier le métal jaune, il a cité la dévaluation des devises ainsi que l’augmentation des activités de construction.

« L’or est l’une des choses qui intéressent nos clients… Ils comprennent que si les choses devaient déraper et l’inflation à nouveau s’accélérer, il pourrait s’agir d’un actif qui les protège », a déclaré Mark Haefele, investisseur en chef d’UBS Global Wealth Management, dans une autre interview de Bloomberg.

Source