L’or s’est fortement apprécié après la dernière publication des chiffres de l’emploi US. Mais depuis, tous ces gains ont été perdus. L’or a tendance à récupérer de ses hausses et de ses baisses… Et souvent, cela se produit rapidement.

Traditionnellement, le mardi n’est pas une bonne journée pour le métal jaune. On en a eu la preuve la semaine dernière.

Un creux jusqu’à 1.750 $ serait décevant, mais cela ne ferait que renforcer l’attractivité actuelle du graphique. Pour garder la tête froide sur le marché de l’or, il faut commencer la journée en s’attendant à être déçu. Cela permet de ne pas être surpris lorsque la déception est de mise. Ainsi que de rester concentré sur les niveaux clés de prix.

Nous sommes face à une opportunité énorme, qui n’arrive qu’une fois tous les 10 ans, à savoir la formation d’une figure de type tête et épaules inversées énorme qui est soutenue par des fondamentaux solides.

Il y a notamment la reprise solide des importations indiennes d’or, alors que la capitale mondiale du fear trade (les achats dictés par la peur) que sont les États-Unis semble prête à basculer dans un goulag de stagflation qui pourrait être pire que celui de la période 1966-1980, et ce, en raison du ratio dette/PIB qui est bien plus élevé aujourd’hui.

Le risque d’émergence d’un conflit armé entre 2021-2025 ne fait que renforcer l’attractivité du métal jaune. En bref, que ce soit d’un point de vue technique, fondamental ou cyclique, toutes les planètes sont alignées pour une hausse de l’or jusqu’à 3.000 $ en 2022.

Nous sommes désormais entrés dans la saison traditionnelle des krachs (septembre/octobre). Les signaux à court terme envoient déjà des avertissements, une invitation à la retraite. Le ratio P/E du S&P 500 se situe à un très élevé 35. Malgré cela, la FED continue d’évoquer le besoin de fournir des liquidités aux riches qui possèdent un portefeuille d’actions. Ce qui correspond à de l’aide sociale pour les fortunés.

Selon Bloomberg, la valeur du Dow Jones est supérieure de 40 % par rapport à sa moyenne mobile sur 5 ans. Ses analystes pensent qu’elle se normalisera en dessous de cette moyenne mobile, ce qui signifie que le Dow Jones chuterait en dessous de 26.000 points. (…)

Et si l’or dipait jusqu’à 1.750 dollars ?

Sur le graphique ci-dessous, j’ai mis en exergue la configuration bullish de l’oscillateur stochastique 14,5,5 (en dessous du graphique). En cas de dip de l’or jusqu’à 1.750 $, on obtiendrait une ligne horizontale sur cet oscillateur. Ce n’est pas un gros problème technique. Si l’oscillateur devait repasser au-dessus de 20, on devrait assister à l’une des hausses les plus spectaculaires des actions minières de l’histoire.

Source