La Chine accumule des matières premières. De peur de pénuries ou de l’inflation ?

0
1035
lingots d'or

Depuis quelques jours, des rapports affirment que la Chine se prépare à accumuler des matières premières. Il y a eu une annonce officielle de la part des autorités chinoises. À partir de 2021, la Chine va constituer des réserves de matières premières stratégiques. Cependant, comme le note Michael Every de Rabobank (source), ce phénomène a déjà démarré avec des achats de l’empire du Milieu qui dépassent de loin ses besoins immédiats. Est-ce vraiment pour se préparer à des perturbations des chaînes logistiques ? À des pénuries ? Selon Alasdair MacLeod, c’est plus compliqué que cela… (source) :

« Vous vous rappelez du 23 mars, lorsque la FED a commencé à créer de la monnaie de façon illimitée quelques jours seulement après avoir abaissé son taux directeur de 1 à 0 %. De 1.460 $, l’or a ensuite grimpé jusqu’à 2.075 $ le 7 août. Simultanément, les métaux de base se sont appréciés, ainsi que d’autres matières premières telles que le bois de construction (+ 250 %) ou encore le porc (+ 73 %).

Le graphique ci-dessous contextualise la relation entre l’or et les matières premières (l’or est en orange, les matières premières en bleu). Ce pourrait être le graphique le plus important de l’année.

La ligne pointillée divise 2020 en deux. Durant la première partie de l’année, il y avait un sentiment déflationniste grandissant avant la baisse du taux directeur de la FED du 16 mars. Il y a ensuite l’après-promesse d’inflation illimitée de la déclaration du comité de la FED du 23 mars. Elle a démarré une période d’anticipations d’inflation. C’est à ce moment-là que le S&P 500 est reparti à la hausse après avoir chuté de 33 % pour atteindre de nouveaux records. C’est aussi à ce moment-là que le dollar a atteint son pic pour ensuite baisser de 10 %.

L’or a flairé le coup pour s’apprécier par la suite de 40 %. Les autres matières premières ont également vu leur prix grimper, mais d’un plus modeste 20 %. Le ratio or/argent s’est effondré de 125 à 72 alors que les qualités monétaires de l’argent métal étaient à nouveau reconnues.

La valeur de l’indice matières premières S&P GCSI a, dans un premier temps, été touchée en raison de la débâcle du pétrole d’avril. Mais ensuite, le mouvement haussier a repris. L’or comme les matières premières s’adaptent clairement à un contexte d’inflation monétaire qui accélère. Une tendance qui sera accentuée à chaque mauvaise nouvelle économique.

Il est important de comprendre qu’une économie mondiale qui faiblit c’est, de façon perverse, positif pour le prix des matières premières exprimé en dollar. Tout simplement parce que leur prix reflète l’augmentation de la masse monétaire en existence, alors que l’offre et la demande baissent de concert. Au final, il y a davantage de monnaie pour acheter des biens moins nombreux.

La Chine a déjà réagi

Mais voici la chose importante à noter. La Chine a déjà réagi à cette tendance. Elle vend des dollars pour accumuler des matières premières en énormes quantités. Elle va même jusqu’à vendre des obligations américaines pour le faire. Si on regarde le taux de change dollar/yuan, on peut en conclure que la Chine n’achète pas des matières premières avec sa propre devise, mais seulement avec des dollars. On peut acheter des matières premières à tout moment. Il doit y avoir une raison derrière cette accumulation.

Je pense que les commentateurs ne comprennent pas le message. Ce n’est pas une question de disponibilité des matières premières. La volonté de la Chine est plutôt d’extraire un maximum de valeur de ses dollars, tant que c’est possible. Pékin estime clairement que le dollar va perdre de sa valeur.

Les matières premières, ainsi que l’or et l’argent, sont les seules valeurs refuges pour la Chine en ces temps inflationnistes. Si la Chine se débarrasse de ses dollars pour des matières premières tangibles, il s’agit pour les autres pays d’une invitation à l’imiter.

Lorsque la bulle financière explosera, il y aura 2 options pour se protéger du carnage : les matières premières, dont l’or et l’argent, et les devises. Vu que celles-ci perdent de leur pouvoir d’achat, il ne reste que les matières premières. La Chine a clairement un coup d’avance.