Production d’or : la Turquie redouble ses efforts

0
625
Grand bazar d'Istanbul, or

Grâce aux technologies facilitant la découverte de nouveaux gisements d’or, la Turquie espère produire annuellement 100 tonnes de métal jaune d’ici 5 ans. C’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Fatih Dönmez.

« Nous avons passé aux rayons X de nombreuses régions turques. Les photos aériennes géophysiques ont commencé à être prises en 2017, l’effort s’est poursuivi en 2018. Cette étude nationale est désormais conclue. Depuis, nous avons creusé 1 million de mètres par an », a-t-il déclaré dans une déclaration écrite du 12 septembre.

« Certains gisements ont déjà été découverts et convertis en mines opérationnelles », a-t-il ajouté. En 2019, la production d’or annuelle de la Turquie a atteint un record de 38 tonnes, selon les statistiques du ministère.

« Si Dieu le veut, nous atteindrons cette année notre objectif de 44 tonnes malgré les effets de la pandémie de coronavirus. D’ici 5 ans, nous allons doubler cette production pour atteindre un total annuel de 100 tonnes », a déclaré Dönmez.

Durant ces dernières années, la Turquie a importé en moyenne 150 tonnes d’or par an. L’année dernière, la facture de ces importations s’est élevée à 12,5 milliards de dollars. Les exportations de produits transformés en or ont de leur côté généré des revenus de 7 milliards de dollars. Durant le premier semestre 2020, les importations d’or ont coûté 11,5 milliards à la Turquie, les exportations ont, quant à elle, rapporté 3 milliards.

En juillet, la balance commerciale de la Turquie a affiché un déficit de 1,8 milliard (total sur les 12 derniers mois : 14,9 milliards), selon les chiffres de la Banque centrale turque. Sans l’or et l’énergie, la Turquie aurait dégagé un excédent commercial de 2,1 milliards en juillet. (…)

« Nous devons extraire l’or qui se trouve sur notre territoire, comme les États-Unis, le Canada, l’Australie et d’autres pays le font. Peu importe les technologiques que ces pays utilisent, la Turquie doit y recourir », a déclaré Dönmez.

La Turquie va également produire pour la première fois du lithium d’ici la fin de l’année via la société minière publique Eti Maden.