Pourquoi les États rapatrient-ils leur or des États-Unis ?

0
558

Pendant des décennies, de nombreux pays conservaient leur or aux États-Unis. La situation a pourtant connu de sérieux changements l’an dernier quand la Turquie a rapatrié toutes ses réserves des coffres américains, puis que l’Allemagne et les Pays-Bas ont suivi partiellement son exemple. Aujourd’hui, l’Italie a annoncé qu’elle comptait faire de même.

Y a-t-il de l’or dans les coffres?

La volonté des banques centrales d’accumuler un maximum d’or serait tout à fait légitime: c’est l’unique actif de change à n’être pas soumis aux risques inhérents aux monnaies. A présent que la géopolitique est passée au premier plan, que des guerres commerciales se sont déclarées, que les économistes s’attendent à l’effondrement du marché boursier américain, promettent un avenir flou au dollar et une récession globale, les lingots sont particulièrement d’actualité.

Révolution monétaire? 48 ans après la fin de Bretton Woods, l’or continue son come-back
Il y a dix ans, près de 60 pays stockaient leur or aux États-Unis – essentiellement pour protéger les réserves en cas de conflits armés et accroître la liquidité. Après tout, la bourse de New York (NYMEX) effectue les plus grandes transactions de ce métal précieux.
L’or est stocké à proximité de la plateforme commerciale pour réduire les frais de transport, qui sont très élevés dans le cas des métaux précieux à cause du coût des assurances dans ce secteur. Des frais de plusieurs millions dans le cadre du transport de l’or ne sont donc versés qu’en cas de nécessité politique ou économique extrême.

La volonté de rapatrier les lingots des États-Unis est donc très révélatrice, d’autant que ces dernières années circulent de plus en plus de doutes autour du fait que les Américains stockent correctement l’or d’autres pays.

Le Trésor américain affirme que 261 millions d’onces d’or sont conservées à Fort Knox et dans d’autres coffres. Mais le dernier audit remonte aux années 1960; et toutes les tentatives d’organiser une nouvelle vérification ont été bloquées par le Congrès.
Certains supposent que les Américains utilisent tout simplement l’or des autres à leurs fins: ils le louent aux banques qui l’utilisent sur le marché afin de contrôler la valeur du métal précieux.

D’où une question légitime: Washington est-il prêt à rendre à tout moment l’or n’appartenant pas aux États-Unis? De plus en plus de pays rapatrient leurs lingots pour ne pas prendre de risques.

Rendez ce qui ne vous appartient pas

La vague de rapatriement de l’or a commencé en 2012, quand le Venezuela a annoncé qu’il faisait revenir des USA ses 160 tonnes d’or – soit 9 milliards de dollars environ. Le président Hugo Chavez avait déclaré à l’époque qu’il fallait rapatrier d’urgence les lingots car ils risquaient devenir des otages de Washington et se transformer en instrument de pression.

C’est exactement ce qui s’est produit six ans plus tard. En octobre-novembre 2018, la Banque d’Angleterre a bloqué le transfert d’or au Venezuela pour la somme de 1,2 milliard de dollars. L’agence de presse Bloomberg avait alors informé que Washington serait derrière cette décision.

En 2014, la Banque centrale des Pays-Bas a fait revenir de New York à Amsterdam 120 tonnes d’or – soit presque 4 millions d’onces. Il ne reste donc plus aux États-Unis que 30% des réserves d’or néerlandaises contre 50% auparavant.

A Amsterdam, où se situe le siège de la Banque centrale, on expliquait alors qu’il était «déraisonnable et inutile» de continuer de stocker la moitié des réserves d’or au même endroit: «C’était peut-être d’actualité pendant la Guerre froide, mais plus maintenant».

Les analystes sont persuadés que les Pays-Bas continueront de rapatrier leur or des États-Unis afin de moins dépendre des actions imprévisibles de Donald Trump.

La Bundesbank a également récupéré ses lingots. Berlin a lancé en 2012 le programme de rapatriement partiel des réserves d’or stockées aux États-Unis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les coffres de la Banque centrale de Francfort-sur-le-Main ont fait revenir 300 tonnes de ce métal précieux.
Enfin, en avril 2018, la Turquie a terminé l’évacuation de son or. L’an dernier, la Banque centrale turque a acheté 187 tonnes d’or pour devenir le plus grand acheteur souverain de ce métal précieux après la Russie. Au total, Ankara en possède 591 tonnes (données de fin décembre), dont 27,8 tonnes ont été transportées des États-Unis et placées dans un coffre sur le territoire national.

Une perte de confiance

Le reflux d’or des États-Unis est pratiquement ininterrompu, pour des raisons évidentes: la hausse des taux d’intérêts de la Réserve fédérale (Fed), la pression sur l’euro et d’autres monnaies, le renforcement des risques géopolitiques et les guerres commerciales déclenchées par Washington contre le monde entier.

Le Venezuela continue de vendre ses réserves d’or à l’étranger, selon des médias
Sur cette toile de fond, l’économie mondiale s’efforce de réduire sa dépendance envers le dollar. L’or est un moyen de protection fiable contre la crise et les troubles financiers, mais il n’est plus confié aux Américains. Rien ne prouve que Washington, qui recourt de plus en plus à la pression financière, ne gèlera pas les actifs des pays «indésirables».
Quant à la Russie: aucune inquiétude à avoir. Sa Banque centrale stocke ses réserves d’or dans le pays. C’est ce qu’Anatoli Aksakov, président de la commission pour le marché financier de la Douma (chambre basse du parlement russe), avait déclaré dès l’an dernier: «Personne ne pourra mettre la main sur l’or [russe]. Nous ne confierons notre or à personne».

Source