Pourquoi Warren Buffett achète (à nouveau) des métaux précieux

0
4247
Warren Buffett

Il y a presque 2 ans, j’ai publié (note : Jesse Felder, du Felder Report) un article intitulé « Pourquoi Warren Buffett achèterait à nouveau des métaux précieux (s’il pouvait le faire) ». Dans ce billet, j’avais inclus une citation de sa lettre de 1997 aux investisseurs de Berkshire Hathaway :

« L’année dernière, nous avons acheté 112,2 millions d’onces (d’argent métal). Au prix du marché, cette position a engendré un profit avant impôts de 97,4 millions de dollars en 1997. D’une certaine façon, cet épisode évoque pour moi le passé. Il y a 30 ans, j’avais acheté de l’argent car j’anticipais sa démonétisation de la part du gouvernement américain. »

La semaine dernière, Berkshire Hathaway a révélé avoir acheté des actions de Barrick Gold, l’une des actions des BANG (acronyme de Barrick Gold, Agnico Eagle, Newmont Mining and Goldcorp, en clin d’œil au FANG), que j’évoque depuis des années. Je pense que cet investissement est à nouveau en relation avec la démonétisation.

Cependant, en 1967 ce mot avait une signification particulière. Aujourd’hui, son sens a quelque peu changé. Il y a 53 ans, la démonétisation signifiait la suppression officielle du lien entre la valeur du dollar et l’or. Aujourd’hui, vu que ce lien a déjà été rompu, cela signifie que la valeur du dollar va continuer de baisser par rapport à l’or. Au lieu de se produire de façon brutale comme ce fut le cas dans les années 70, cela aura lieu plus progressivement. Ce qui rend le processus encore plus insidieux.

Il y a un peu plus d’un an, Charlie Munger, l’un des partenaires de Warren chez Berkshire, avait déclaré à ce sujet :

« J’ai tellement peur d’une démocratie qui se met à penser que l’on peut créer de la monnaie pour régler tous les problèmes. Tôt ou tard, je sais que cette politique échouera… Tous les politiciens d’Europe et d’Amérique ont appris à créer de la monnaie… Qui sait quand cette création monétaire dérapera ? En bout de course, si vous en créez trop, ou finissez avec une situation similaire à celle du Venezuela. »

Depuis, le goût de Washington pour la création monétaire n’a fait que progresser. En résultante, la taille du bilan de la Fed a presque doublé depuis.

Dans ce contexte, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les actions récentes du Congrès et de la Fed génèrent le plus gros déficit fiscal de l’histoire par rapport au PIB. Un déficit qui est entièrement monétisé. Et donc de comprendre pourquoi le plus grand investisseur des temps modernes décide de se positionner sur un actif qui le protège de l’inflation. Comme je l’avais écrit précédemment, Berkshire pèse trop lourd aujourd’hui pour acheter directement des métaux précieux. Mais un investissement dans des actions apparentées devrait être une assurance contre l’inflation supérieure à celle d’un titre non minier.