Powell pourrait redéfinir la vision de l’inflation de la FED avec l’inflation moyenne

0
733
Eccles Building de la Fed

L’histoire se souviendra de Paul Volcker et Jerome Powell comme de deux présidents qui ont combattu l’inflation de façon bien différente. Le premier dut prendre des actions désespérées pour la dompter, tandis que le second devrait annoncer cette semaine des efforts sans précédent pour la stimuler.

Volcker, qui fut à la tête de la FED entre 1979 et 1987, releva très agressivement le taux directeur américain. Il provoqua une récession, mais il parvint à éteindre l’inflation pour ensuite générer une reprise économique vigoureuse.

Powell, à la tête de la FED depuis 2018, devrait annoncer demain des mesures visant à faire grimper l’inflation alors que la pandémie de coronavirus a provoqué l’un des pires dérapages de l’histoire de l’économie américaine.

Si le citoyen lambda ne désire pas que le coût de la vie augmente, un déficit d’inflation est considéré comme problématique par les banquiers centraux et les économistes. C’est souvent le reflet d’une économie moribonde et d’un niveau de vie bas. De plus, la politique des taux bas qui accompagne une inflation basse donne peu de marge de manœuvre aux banques centrales lorsqu’il s’agit d’être plus accommodante.

Demain, Jerome Powell va s’exprimer dans le cadre d’une version virtuelle de la réunion annuelle de la FED de Jackson Hole. Il prononcera un discours intitulé « Monetary Policiers Framework Review », censé détailler à quoi devraient ressembler les politiques de la FED.

« On s’attend à ce que quelque chose de significatif soit annoncé jeudi », a déclaré Tom Graff, responsable des revenus fixes de Brown Advisory. « Il s’agira probablement d’un discours historique. »

Inflation moyenne : une nouvelle façon d’appréhender l’inflation

L’inflation moyenne est un terme que Jérôme Powell pourrait prononcer. En bref, cela signifie que l’objectif d’inflation de 2 % de la FED ne sera plus fixé dans le marbre. Si l’inflation a été longtemps inférieure à 2 %, la FED est prête à tolérer une inflation supérieure à 2 % pendant une longue période. Or, depuis la fin de la dernière récession mi-2009, l’inflation ne fut égale ou supérieure à 2 % que pendant 2 ans.

Un changement conséquent, en faveur des actifs risqués

« Durant Jackson Hole, nous sommes confiants de voir le président Powell utiliser son discours pour préparer l’annonce du concept de l’inflation moyenne qui sera adopté durant la réunion de septembre », a déclaré Krishna Guha, responsable de la stratégie banque centrale d’Evercore ISI. Selon lui et son équipe, la FED espère obtenir un dépassement modéré de l’objectif d’inflation durant la reprise de ce cycle. Cette décision vise à empêcher la japonisation de l’économie, soit une longue période de faible croissance et de basse inflation.

La FED pourrait également insister sur son engagement au plein-emploi. Le chômage américain est actuellement à 10,2 %. Il est en baisse par rapport aux 14,7 % du pic d’avril, mais il reste bien supérieur aux 3,5 % du mois de février 2020.

Le discours de Powell pourrait également inclure la promesse de rester aussi accommodant que possible jusqu’à ce que l’emploi et l’inflation soient stables. Pour atteindre ces deux objectifs, cela signifie que la FED devra maintenir son taux directeur proche de zéro. D’exceptionnelle, une telle mesure sera désormais considérée comme normale.

« La crédibilité des banques centrales est cruciale. Actuellement, elles n’en ont aucune lorsqu’il s’agit de vouloir ou de pouvoir générer une inflation supérieure à 2 %. C’est un problème, a déclaré Graff. Les actions sont plus significatives que les paroles. Le marché devra le voir pour le croire. »

Traduction partielle de cet article de CNBC